Le coronavirus détecté en Chine pourrait voyager après le Nouvel an chinois

La mystérieuse pneumonie virale apparue dans le centre de la Chine a contaminé au moins 45 personnes, alors que deux patients sont morts de problèmes respiratoires et que quelques cas se déclarent à l’étranger.

La souche incriminée est un nouveau type de coronavirus, une famille comptant un grand nombre de virus. Ils peuvent provoquer des maladies bénignes chez l’homme (comme un rhume) mais aussi d’autres plus graves comme le Sras (Syndrome respiratoire aigu sévère).

La totalité des cas chinois ont été signalés depuis le mois dernier à Wuhan, une ville de 11 millions d’habitants qui est aussi un important point de passage pour les déplacements dans le pays. Parmi les 45 cas, 15 ont pu sortir de l’hôpital et cinq sont toujours dans un état grave.

Un état de santé aggravé en 5 jours

Ce virus suscite des inquiétudes croissantes après le décès mercredi en Chine d’un second patient, un homme de 69 ans, tombé malade le 31 décembre. Il avait vu son état de santé s’aggraver cinq jours plus tard.

Cette pneumonie alimente les craintes d’une réapparition d’un virus de type Sras, hautement contagieux, qui avait tué 650 personnes en Chine continentale et à Hong Kong en 2002-2003. L’enquête des autorités chinoises a permis de déterminer que plusieurs patients travaillaient sur un marché de la ville spécialisé dans la vente en gros de fruits de mer et de poissons.

Pour l’heure, la Chine n’a annoncé aucune restriction aux déplacements dans le pays à l’approche des festivités du Nouvel an lunaire (25 janvier), une période sensible pendant laquelle des centaines de millions de Chinois empruntent autocars, trains et avions pour aller passer les fêtes en famille.

Aussi en Thaïlande et au Japon

D’autres cas de cette mystérieuse pneumonie ont été détectés à l’étranger : deux en Thaïlande et un au Japon.

Y a-t-il un risque que ce nouveau virus arrive en Europe ? La question est posée à Yves Van Ramst virologue à la KULeuven.

Il " s’agit d’un coronavirus, qui provoque un bon rhume ou des symptômes grippaux, mais aussi des insuffisances respiratoires. Il y a 20 ans, on ne pouvait pas détecter ce genre de nouveau virus, mais grâce à nos moyens très sensitifs, on peut le faire aujourd’hui. Rassurez-vous, cela ne ressemble pas du tout à la grippe aviaire, le coronavirus appartient à une autre famille. "

Est-il souhaitable de mettre en place un test de dépistage, un "screening" pour tester les voyageurs chinois qui arrivent en Europe ?

"Cela va être très difficile parce qu’il n’y a pas de vols directs entre la Chine et la Belgique. Tous les vols transitent à Amsterdam principalement. Je pense que les aéroports qui accueillent des vols directs en provenance de Chine vont réfléchir à la mise en place d’un screening ; Le risque que ce coronavirus arrive en Europe existe. Le Nouvel An chinois est à nos portes, dans 10 jours. Après cette période de vacances, de nombreux chinois vont voyager, et on aura une idée plus claire de la situation. "

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK