Le CNCD appelle la Belgique et l'UE à exiger une levée immédiate du blocus de Gaza

Parmi les blessés, 304 enfants.
2 images
Parmi les blessés, 304 enfants. - © MAHMUD HAMS - AFP

Alors que l'armée israélienne a ouvert le feu sur les manifestants palestiniens lundi, faisant près de 60 morts et quelque 2000 blessés, le Centre national de coopération au développement (CNCD-11.11.11) appelle d'urgence le gouvernement belge et l'Union européenne (UE) à exiger d'Israël une levée immédiate du blocus qu'il impose illégalement au territoire palestinien. L'organisation estime également essentiel que le gouvernement israélien mette fin à l'usage illégal de la force létale contre des manifestants palestiniens.

Une situation humanitaire insoutenable

Les violences ont éclaté lundi à la frontière de la bande de Gaza lors de manifestations contre l'inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem. Le nouvel afflux de blessés rend la situation humanitaire à Gaza insoutenable, submergeant les hôpitaux déjà dépourvus de médicaments, matériaux et personnel suffisants à cause du blocus, s'inquiètent les responsables du CNCD.

"Il est urgent qu'Israël donne accès à la bande de Gaza au personnel, médicaments et matériel médical nécessaires et accorde des permis afin que les blessés les plus graves puissent être soignés en Cisjordanie", souligne la chargée Moyen-Orient au CNCD-11.11.11, Nathalie Janne d'Othée.

Parmi les blessés, 304 enfants, 77 femmes, 10 journalistes et 3 médecins

Parmi les personnes qui ont péri sous les balles, 42 participaient à des manifestations pacifiques. 2000 Palestiniens ont été blessés, dont 1114 par des tirs à balles réelles et ceux-ci viennent s'ajouter aux 7900 blessés des précédents vendredis de manifestations. Parmi les blessés se trouvent 304 enfants, 77 femmes, 10 journalistes et 3 médecins, selon les informations de l'organisation de droits humains palestinienne Al Mezan relayées par le CNCD.

"S'ils prennent le risque de s'exposer aux tirs (...), c'est parce que les conditions de vie à Gaza sont devenues inhumaines à cause du blocus illégal imposé par Israël", selon l'organisation.

L'organisation juge primordial que des pressions internationales soient exercées sur le gouvernement israélien pour une levée du blocus sur la bande de Gaza.

Ces actions des Palestiniens de Gaza sont menées depuis le 30 mars dernier dans le cadre de la "Marche du Grand Retour" pour demander la reconnaissance de l'exil forcé de leurs foyers il y a 70 ans et le droit d'y retourner.

 

Manifestation de soutien à la population de Gaza, ce 14 mai, à Ramallah (Cisjordanie)

Frontière entre Israël et la bande de Gaza, ce 15 mai au matin

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK