Le chef du fonds de secours européen inquiet de la situation en Italie

Silvio Berlusconi
Silvio Berlusconi - © AFP PHOTO / GIUSEPPE CACACE

Le chef du Mécanisme européen de stabilité (MES) s'inquiète de la situation politique en Italie où le chef du gouvernement Mario Monti a annoncé sa démission imminente et Silvio Berlusconi s'est dit prêt à revenir gouverner le pays, dans un entretien au Süddeutsche Zeitung lundi.

"L'Italie a engagé des réformes importantes durant l'année écoulée. Les marchés ont réagi positivement jusqu'ici, toutefois il ont réagi avec inquiétude aux événements de la semaine dernière", a déclaré Klaus Regling au journal allemand.

Réagissant aux annonces successives de l'ancien et l'actuel président du Conseil italien Mario Monti, le chef du nouveau fonds d'aide européen qui a succédé au FESF juge "important" que Rome pouruive le processus de réformes dans l'intérêt de l'Italie et l'ensemble de la zone euro.

Samedi, Mario Monti a annoncé sa décision "irrévocable" de jeter l'éponge après le vote du budget prévu d'ici à la fin de l'année. Il a tenu à faire cette annonce alors que les marchés étaient fermés, pour éviter des réactions intempestives.

Selon le Corriere della Sera, le chef du gouvernement a été particulièrement "indigné" par les déclarations faites vendredi par Angelino Alfano, secrétaire général du parti de Silvio Berlusconi (le Peuple de la liberté, PDL), lorsque le PDL a décidé de ne pas voter un texte s'attaquant aux coûts de la politique.

José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, a appelé les Italiens à ne pas "céder à l'illusion qu'il existe des solutions miracle (....) Il n'y a pas d'alternative à la correction des finances publiques et à l'amélioration de réformes qui améliorent la compétitivité", dans un entretien au quotidien économique Il Sole 24 Ore.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK