Le changement climatique et le marketing menacent aussi la santé des enfants

Une fillette joue près d'une rivière polluée à Dhaka au Bangla Desh, janvier 2020
Une fillette joue près d'une rivière polluée à Dhaka au Bangla Desh, janvier 2020 - © MUNIR UZ ZAMAN - AFP

Qu’est-ce qui menace la santé des enfants dans le monde aujourd’hui ? La lutte contre les maladies infectieuses et la malnutrition a déjà permis de sauver des millions de vies, mais les enfants sont encore à la merci des défis climatiques et d’un marketing nocif. C’est ce que met en lumière un rapport publié ce mercredi par l’UNICEF, l’Organisation Mondiale de la Santé et la revue The Lancet et réalisé par une commission qui rassemble plus de 40 experts de la santé de l’enfant et de l’adolescent du monde entier.

Sarah Dalglish, associée à l’école de santé de Johns Hopkins, a corédigé ce rapport, elle détaille ces deux menaces :

  • les émissions de CO2 et le changement climatique car les enfants sont plus exposés à la pollution de l’air, ce qui les rend plus sensibles aux maladies cardio-vasculaires et autres.
  • la menace commerciale : les entreprises utilisent des algorithmes sophistiqués pour viser les enfants sur les jeux en ligne et les réseaux sociaux pour vendre des boissons sucrées, mais aussi alcoolisées, des aliments hautement transformés issus de la restauration rapide, du tabac, et vers les parents pour les substituts de lait maternel, autant de produits qui nuisent à la santé des enfants.

Aujourd’hui, il y a 11 fois plus d’enfants obèses qu’en 1975. Chaque année, plus de 40 millions de personnes meurent de maladies non transmissibles liées à la consommation d’alcool, de tabac et de boissons sucrées. Dans certains pays, les enfants voient, jusqu’à 30.000 publicités sur les seuls écrans de télé au cours d’une même année, tandis que l’exposition des jeunes à la publicité pour le vapotage a bondi de plus de 250% aux États-Unis au cours des deux dernières années, atteignant plus de 24 millions de jeunes.

La Belgique bien classée

Ce rapport de l’Unicef livre aussi un indice des pays pour l’épanouissement de l’enfant, un classement dominé par la Norvège. La Belgique est bien classée à la 8ème position. Cet indice mondial inclut 180 pays et compare les résultats en matière d’épanouissement de l’enfant, et incluant des mesures de la survie et du bien-être de l’enfant qui s’appuient sur la santé, l’éducation et la nutrition. L’indice montre que les enfants en Norvège, en République de Corée, en Afrique du sud et aux Pays-Bas disposent des meilleures chances de survie et de bien-être, et que les enfants en République centrafricaine, au Tchad, en Somalie, au Niger et au Mali sont ceux pour qui les perspectives sont les plus sombres.

En même temps, ce sont ces bons élèves, les pays riches garants de bonne santé et bonne éducation des enfants, qui sont aussi ceux qui nuisent à l’avenir des enfants, car ce sont ceux qui polluent le plus, notamment en CO2, ce qui contribuent au changement climatique. Si on prend en compte les émissions de CO2 par habitant, les pays en tête du classement se retrouvent à la traîne : la Norvège est au 156ème rang, la République de Corée, au 166ème, et les Pays-Bas, au 160ème. Chacun de ces trois pays émet 210% de CO2 de plus par habitant que ne lui permet l’objectif fixé pour 2030. Les États-Unis d’Amérique, l’Australie et l’Arabie saoudite figurent parmi les 10 pires émetteurs de CO2.

Il reste donc encore beaucoup à faire. Seuls un petit nombre de pays arrivent à assurer un niveau pas bon mais correct d’épanouissement pour les enfants et à rester sous les plafonds d’émissions polluantes : l’Albanie, l’Arménie, la Grenade, la Jordanie, la République de Moldova, Sri Lanka, la Tunisie, l’Uruguay et le Viet Nam.

L’OMS, l’UNICEF et The Lancet appellent donc à repenser radicalement la santé de l’enfant.