Le candidat commissaire polonais Janusz Wojciechowski plus convaincant en deuxième sess'

Le candidat commissaire polonais Janusz Wojciechowski
Le candidat commissaire polonais Janusz Wojciechowski - © ARIS OIKONOMOU - AFP

Cette fois, c’est sans doute la bonne pour Janusz Wojciechowski. Des applaudissements polis ont clôturé la deuxième audition du candidat commissaire polonais devant le parlement européen mardi 8 octobre. Son premier grand oral avait été catastrophique la semaine dernière. Les eurodéputés avaient été agacé par les réponses évasives, les contradictions et l’absence du commissaire désigné pour le portefeuille de l’agriculture, l’une des principales politiques européennes.

Janusz Wojciechowski a donc été renvoyé en deuxième session. Il a eu 90 minutes supplémentaires pour s’expliquer, 90 minutes pour convaincre les parlementaires européens qu’il a bien les capacités requises pour s’occuper de l’agriculture européenne.

Et c’est un tout autre homme qui s’est présenté devant les députés de la commission agriculture et développement rural du Parlement européen.

Langue maternelle

Janusz Wojciechowski a opéré un changement stratégique majeur. Au lieu de s’exprimer dans un anglais hésitant comme lors de sa première édition, le conservateur polonais, membre du groupe ECR, a choisi de parler sa langue maternelle. Et ça a tout changé.

Janusz Wojciechowski y a gagné en précision, en profondeur. Il a défendu avec plus d’aisance une agriculture européenne plus verte, plus innovante. Il a prôné une PAC, une politique agricole commune moins bureaucratique, plus équitable. Il a promis de protéger les jeunes agriculteurs, de soutenir les agriculteurs s’ils sont victimes des accords commerciaux passés par l’Union avec des pays tiers. Il s’est engagé à défendre un budget de la PAC, le plus ambitieux possible. Il a expliqué vouloir utiliser tous les outils à sa disposition pour freiner la concentration des terres aux mains de grands propriétaires.

Des réponses plus concrètes, plus précises saluées par plusieurs eurodéputés. Les démocrates-chrétiens du groupe PPE ont trouvé Janusz Wojciechowski plus engagé, mieux préparé même s’il subsiste des doutes sur les capacités du candidat polonais.

Janusz Wojciechowski a su visiblement saisir sa deuxième chance. Sa prestation a été saluée par des applaudissements polis, éparses. Mais des applaudissements quand même.

Extraits de la seconde audition de Janusz Wojciechowski, ce 08 octobre (italien, polonais et allemand)

Traduction: Paolo De Castro, eurodéputé italien: "L'OMC a permis à l'administration américaine d'imposer des droits de douane de 7,5 milliards de dollars à l'exportation européenne, en représailles du soutien financier de certains Etats membres à Airbus. Ces droits, Monsieur le Commissaire,  vont frapper des produits stratégiques, tant sur le plan économique que sur le plan professionnel" -

Janusz Wojciechowski: "Il y aura une solution politique. Ce conflit, qui, comme je l'ai dit, ne concerne pas l'agriculture, mais a des effets sur nos agriculteurs. J'espère que cette question sera résolue rapidement. Dans le cas contraire, bien sûr, il sera nécessaire d'évaluer immédiatement tous les effets de ces décisions du gouvernement américain en Europe, dans l'agriculture européenne... et d'estimer ces effets."

Ulrike Müller, eurodéputée allemande: "Comment peut-on à l'avenir contribuer à maintenir et à augmenter le nombre de jeunes agriculteurs ? Et pensez-vous que nous avons besoin de mesures plus concrètes, car que la PAC actuelle a bien sûr déjà fourni des fonds, mais qu'ils ne fonctionnent pas correctement ?" -  

Janusz Wojciechowski: "Nous devons résoudre le problème de l'accès à la terre pour les jeunes agriculteurs et empêcher la concentration excessive des terres par des grands consortiums. Nous devrons faciliter diverses options d'achat et innovations, que je n'ai pas mentionnées dans mon discours d'introduction. L'agriculture a besoin d'innovations telles que : des Tracteur GPS, des technologies numériques à la campagne, des villages intelligents. Diverses activités de ce type qu'il faut soutenir parce qu'elles attirent les jeunes. Les jeunes doivent trouver des conditions de vie décentes à la campagne et sentir qu'ils vivent dans une société moderne."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK