Le Canada va s'excuser pour avoir refusé d'accueillir des juifs en 1939

"La présentation d'excuses à la Chambre des communes ne réécrira pas ce chapitre honteux de notre histoire. Ces excuses ne pourront pas ramener ceux dont la vie a été volée, ni réparer les vies brisées par cette tragédie", a convenu Justin Trudeau.
"La présentation d'excuses à la Chambre des communes ne réécrira pas ce chapitre honteux de notre histoire. Ces excuses ne pourront pas ramener ceux dont la vie a été volée, ni réparer les vies brisées par cette tragédie", a convenu Justin Trudeau. - © TOLGA AKMEN - AFP

Le premier ministre canadien Justin Trudeau a annoncé mercredi qu'il allait présenter des excuses officielles au Parlement pour le refus du Canada d'accueillir en 1939 des centaines de juifs allemands qui cherchaient à fuir le régime nazi.

Le 13 mai 1939, à quelques mois du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, le paquebot "Le Saint Louis" avait quitté l'Allemagne avec près de 1.000 passagers, dont 907 Allemands juifs cherchant à échapper à la persécution.

Première escale du navire, Cuba leur avait refusé l'asile. Même chose aux Etats-Unis puis au Canada, en raison de la "politique d'immigration discriminatoire" en vigueur à l'époque, selon un communiqué du Premier ministre canadien.

Le paquebot était finalement retourné vers l'Europe, accostant dans le port belge d'Anvers, d'où ses passagers avaient fini par se disperser, certains en Belgique, d'autres en France, aux Pays-Bas ou au Royaume-Uni. Deux-cent cinquante-quatre d'entre eux ont péri durant l'Holocauste.

Plus jamais

"La présentation d'excuses à la Chambre des communes ne réécrira pas ce chapitre honteux de notre histoire. Ces excuses ne pourront pas ramener ceux dont la vie a été volée, ni réparer les vies brisées par cette tragédie", a convenu Justin Trudeau.

"Cependant", a-t-il ajouté, "nous avons la responsabilité commune de reconnaître cette réalité difficile, d'en tirer des leçons et de continuer à nous dresser contre l'antisémitisme tous les jours. C'est ainsi que nous donnerons un sens au vœu solennel: Plus jamais".

Après avoir accueilli des dizaines de milliers d'immigrants au tournant du XIXe, le Canada avait resserré ses lois d'accueil entre les deux guerres mondiales.

Depuis une trentaine d'années, les dirigeants canadiens ont présenté des excuses officielles aux descendants de nombreuses communautés ethniques du Canada jadis victimes de discrimination, comme les Japonais ou les Ukrainiens.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK