Le cadeau d'anniversaire à l'Otan: 400 milliards de dollars d'ici 2024

L'Otan célèbre ces 3 et 4 décembre ses 70 années d'existence. Mal en point politiquement, l'organisation transatlantique retrouve des moyens, grâce à la reprise des investissements militaires de ses États membres. Les pays occidentaux avaient progressivement réduit leurs dépenses de défense après l'effondrement du système soviétique et la fin de la guerre froide. Mais de nouvelles menaces et de nouveaux défis sont apparus ces dernières années: menaces terroristes, menace cybernétique, agressivité russe, montée en puissance de la Chine, stratégie spatiale... Et le président américain Donald Trump martèle avec une certaine brutalité ce que ses prédécesseurs disaient déjà: les Etats-Unis paient trop pour la défense transatlantique, il faut mieux partager le fardeau.

Le secrétaire général Jens Stoltenberg a fait le point avant la cérémonie d'anniversaire. Il confirme que la période de vaches maigres pour la défense est terminée. Les budgets militaires de la plupart des pays de l'Otan augmentent depuis six ans. La hausse atteint cette année 4,6%. Si l'on considère la période 2016-2024, l'augmentation des dépenses atteindra 400 milliards de dollars.

Cette progression est le résultat de l'engagement collectif pris par les membres de l'Otan en 2014 de tendre vers un objectif de 2% du produit intérieur brut (PIB) consacrés aux dépenses de défense. Neuf pays alliés atteignent désormais ce seuil, "alors qu'ils n'étaient que trois il y a quelques années", s'est réjoui Jens Stoltenberg

La Belgique reste mauvais élève

La Belgique suit la tendance générale. Elle a mis fin à la réduction de ses dépenses militaires. En pourcentage du PIB, elles sont reparties modestement à la hausse depuis 2018. Mais avec 0,93% en 2019, la Belgique est, avec l'Espagne et le Luxembourg, un des trois pays membres de l'Otan à consacrer moins de 1% de sa richesse nationale à ses dépenses de défense.

La Première ministre en affaires courantes Sophie Wilmès a annoncé une hausse progressive des dépenses de défense belges, mais sans atteindre la norme de 2% à l'échéance de 2024. La proposition budgétaire pour 2020-2024 prévoit une évolution de 1,01% en 2020 à 1,19% en 2023 et 2024. Une telle augmentation, qui doit encore être confirmée par le prochain gouvernement fédéral, placerait toutefois la Belgique en avant-dernière position du classement de l'Otan, car la plupart des alliés européens ont eux aussi prévu d'augmenter graduellement leurs dépenses de défense à l'approche de l'échéance de 2024.


►►► À lire aussi : L'Otan a 70 ans: testez vos connaissances sur l'alliance atlantique (quiz)


L'invité dans l'actu (Matin Première)

Federico Santopinto, chercheur au GRIP, le Groupe de recherche et d’information pour la paix et la sécurité pose son regard sur l'institution.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK