Le brûlis à l'origine des feux en Amazonie : entre tradition et utilisation déraisonnable

Le ministre brésilien de la défense assure que les incendies en Amazonie sont sous contrôles. Une déclaration qui entre en contradiction avec les chiffres de l’institut brésilien de recherche spatiale qui estime que les feux de forêt ont encore augmenté ces dernières heures.


►►► Images, causes réelles, effets, importance… : démêlez le vrai du faux sur les incendies en Amazonie


Ces incendies sont dus à la technique du brûlis, une méthode de fertilisation du sol pour laquelle on brûle une partie des terres. Si cela est fait dans les règles, il ne doit pas y avoir de problèmes, mais le président brésilien Jaïr Bolsonaro a déclaré qu’il fallait exploiter la forêt au maximum.

Si les Indiens le font de façon raisonnable ce n’est pas le cas des autres agriculteurs et des grands groupes industriels.

Nous devons rester à côté de ces feux, en prendre soin

Pour rencontrer ces tribus, il faut s’enfoncer dans l’Amazonie pendant des heures. Wapi, le chef du village de la tribu Tatuyo attend nos journalistes en costume traditionnel pour leur expliquer cette tradition du brûlis. Il est triste de constater les ravages de l’inconscience humaine.

"Lorsque nous plantons nous devons toujours détruire une partie de la nature par le feu. Car ce feu sert d’engrais pour faire pousser nos fruits et nos légumes. Cependant nous devons rester à côté de ces feux, en prendre soin ! Si nous ne les surveillons pas correctement en ne l’entourant pas, alors le feu peut s’étendre à la forêt."

Pour Romulo Batista, le responsable de Greenpeace Manaus, il faut parler d’écocide, de meurtre environnemental. "Le ministre de l’environnement est un incompétent. Non seulement il n’agit pas pour l’environnement mais il agit contre ! Il n’a jamais voulu rencontrer les Indiens ou les ONG Par contre il est accusé de soutenir les activités des entreprises minières."

Lundi, le président Jair Bolsonaro a refusé l’aide du G7 de 18 millions d’euros pour aider le Brésil à combattre les incendies.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK