Le Brésil entre en récession avec une chute de 9,7% du PIB

Le Brésil entre en récession avec une chute de 9,7% du PIB
Le Brésil entre en récession avec une chute de 9,7% du PIB - © EVARISTO SA - AFP

Le Brésil a dévoilé mardi une chute record de 9,7% de son Produit intérieur brut (PIB) au deuxième trimestre par rapport au précédent en raison de la pandémie de Covid-19, entrant ainsi en récession.

Ces chiffres rendus publics par l'Institut de statistiques IBGE sont pires que les prévisions des analystes consultés par le quotidien économique Valor, qui tablaient sur une contraction de 9,2% dans ce pays de 212 millions d'habitants, le deuxième le plus endeuillé au monde par le Covid-19 après les Etats-Unis.

Entre janvier et mars, la première économie d'Amérique Latine avait reculé de 2,5%, le chiffre de -1,5% annoncé en mai ayant été révisé mardi.

"Le PIB est à présent au même niveau que celui de fin 2009, au coeur de la crise financière internationale", a expliqué l'IBGE dans un communiqué.

Mais le décrochage est inférieur aux 11,1% initialement prévus en mai, notamment grâce aux aides massives accordées par le gouvernement, notamment des allocations versées aux plus pauvres, atténuant ainsi l'effondrement de la demande.

Grâce à ces aides, le Brésil a réussi à amortir relativement le choc, quand on compare les chiffres du deuxième trimestre à ceux d'autres pays d'Amérique latine comme le Mexique (-17,1%), le Chili (-13,4%) ou dans les pays développés tels que le Royaume Uni (-20,4%), l'Espagne (-18,5%) ou la France (-13,8%).

Les analystes tablent sur un rebond au troisième trimestre (+5,4%) et le ministère de l'Economie estime que la contraction sur l'année 2020 sera de 4,7%.

Depuis avril, l'Etat brésilien accorde chaque mois 600 réais (110 dollars), une somme qui peut parfois aller jusqu'à 1.200 réais, à 66,4 millions de Brésiliens, près d'un tiers de la population.

Les mesures, qui comprennent également des remises de charges ou des suppressions de taxes, ont coûté à l'Etat plus de 500 milliards de reais (77 milliards d'euros) soit 7,3% du PIB prévu pour 2020.

Le président d'extrême droite Jair Bolsonaro n'a cessé de minimiser la pandémie, qui a fait plus de 120.000 morts au Brésil, et de critiquer les mesures de confinement prises par les gouverneurs des Etats.
 

Sujet du 9 août dernier (JT)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK