Cinquantième anniversaire de la réconciliation franco-allemande

Francois Hollande et Angela Merkel réunis pour célébrer les 50 ans du traité de l'Elysée
Francois Hollande et Angela Merkel réunis pour célébrer les 50 ans du traité de l'Elysée - © BERTRAND LANGLOIS - AFP

Il y a cinquante ans, Charles de Gaulle et Conrad Adenauer signait le traité de l'Elysée, un moment très fort et avant tout symbolique de la réconciliation franco-allemande, 18 ans après la fin de la seconde guerre mondiale. Il fut aussi un des actes - mais certes pas le seul - qui construira la relation franco-allemande au cœur de la construction européenne.

Charles de Gaulle avait compris. Le héros français de la seconde guerre mondiale, qui avait dit non quand presque toute la France était à terre sous la botte nazie, avait compris qu'un jour il fallait sortir de l'antagonisme historique désastreux entre la France et l'Allemagne. L'allemand Conrad Adenauer ne s'était pas trompé pour saisir cette main tendue, lui qui avait déjà d'ailleurs été voir Charles De Gaulle dès son retour au pouvoir en septembre 1958, trois mois avant son accession à la présidence.

Des jalons avaient évidemment déjà été posés vers la construction d'une interdépendance qui rendrait impossible la répétition des guerres. C'était d'abord la CECA en 1950, la communauté du charbon et de l'acier, et puis le traité de Rome, en 1957, fondateur des communautés européennes.

Le traité de l'Elysée de 1963 n'était qu'une pierre de plus, créant un système franco-allemand de consultation mutuelle dans plusieurs domaines. Mais l'image de cette poignée de mains historique a fait le tour du monde et marqué les esprits, évidemment sans doute le plus chez les deux peuples protagonistes.

Bien sûr, l'histoire ensuite n'a pas épargné de ses vicissitudes la relation franco-allemande, y compris les applications du traité de l'Elysée lui-même. Mais c'était une étape majeure. La relation franco-allemande, s'était normalisée. Cela avait l'air peu, mais c'était simplement énorme.

 

M. Molitor

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK