Le "3ème terroriste" n'était que lycéen: la folle journée de Mourad

Le "3ème terroriste" n'était que lycéen: la folle journée de Mourad
2 images
Le "3ème terroriste" n'était que lycéen: la folle journée de Mourad - © SIA KAMBOU - BELGAIMAGE

Mourad Hamyd a vécu dans les heures qui ont suivi l'attentat au siège du journal Charlie Hebdo, une expérience qui lui laissera certainement des traces indélébiles. Ce lycéen a été, bien malgré lui, l'objet d'un lynchage médiatique après la divulgation de son nom. Le "troisième suspect" de l'attentat qui a coûté la vie à 12 personnes, comme il a été présenté par la presse, n'est cependant pas poursuivi dans le cadre de l'enquête: aucune charge n'a été retenue contre lui. Un dérapage qui pose question.

C'est sur les réseaux sociaux qu'un proche apprend la nouvelle: Mourad fait partie des trois suspects de l'attentat au siège de Charlie Hebdo. Streetpress, dont l'article a été repris par Rue89, rapporte que le meilleur ami du lycéen, Anyce, a découvert sur Twitter que Mourad était recherché. L'adolescent ne comprend pas: Mourad était à l'école ce matin du 7 janvier, au moment ou l'attaque a eu lieu. Il l'a vu à 10h30 et à midi.

Cité par Streetpress, l'ami de Mourad s'exclame: "C’est complètement fou! Comment il aurait pu descendre à Paris, commettre un attentat à 11h30 et revenir dans l’heure au lycée, à Charleville-Mézières!".

Mais le mal est fait. Dans les heures qui suivent, les réseaux sociaux s'enflamment. Le nom de Mourad se diffuse sur la toile à grande vitesse.

Une page Facebook demande "la peine de mort pour Mourad Hamyd", des appels à l'assassiner fleurissent sur les réseaux sociaux. La presse s'excite: sur iTélé, par exemple, un "spécialiste" explique dans les JT que Mourad Hamyd aurait fui sur une moto T-Max après la fusillade, "le même modèle utilisé par Mohammed Merah".

#MouradHamydInnocent

C'est Anyce qui aurait appris à Mourad qu’il était recherché par la police, par téléphone vers 21 heures. "Il était complètement en panique au bout du fil. Il ne comprenait rien à cette affaire. Il était tellement sonné qu’il n’arrivait pas à répondre", explique-t-il. Mourad se décide à se rendre lui-même au commissariat, avec son père. "Il m’a demandé si je témoignerai en sa faveur. Je lui ai dit 'Pas de problème' et qu’il y avait 7 autres personnes pour prouver qu’il était en classe au moment de l’attentat", ajoute Anyce.

Anyce lance la mobilisation pour son ami. #MouradHamydInnocent: le hashtag se propage sur internet. Et Anyce est même interviewé sur une chaîne nationale, après le succès de son initiative.

Une mobilisation et un acte salutaires pour le jeune homme: il va être écarté officiellement de l'enquête sur l'attentat terroriste... Mais comment son nom a-t-il pu être livré en pâture avec si peu de précautions?

Un journaliste, un tweet: Mourad Hamyd devient le 3ème terroriste

 

Ce tweet, envoyé le soir de l'attaque, est celui du journaliste Jean-Paul Ney. Il est le premier à divulguer les noms des frères Kouachi, dans un document présenté comme un document interne de la police.

Sur le document reproduit, figurent aussi les noms de Mourad. Mourad y est décrit comme SDF.

Le journaliste affirme à Streetpress qu'il tenait ce document de source gouvernementale. Il est aussi relayé sur Facebook. Puis dans la presse...

Rue89 pointe, lui, le "profil" du journaliste en question: cela "aurait toutefois pu alerter nombre de personnes. Quelques heures auparavant, ce même journaliste publiait sur le réseau social une photo de sa carte de presse et d’une arme à feu avec ce commentaire: 'Aujourd’hui, je vais au bureau avec un pétard à la ceinture et des gens pour nous protéger. Voilà où nous en sommes...'"

Mourad s'en souviendra certainement. Cet adolescent "calme", "pieux", mais qui disait que Daech (Etat islamique) salissait l'islam, est redevenu simple lycéen... Mais à quel prix? Celui de la déontologie?

"Pendant près de 24 heures, certains médias et de nombreuses personnes sur les réseaux sociaux ont estimé qu’il était nécessaire de bafouer la déontologie journalistique en relayant (l')identité complète de (Mourad). Jusqu’à ce qu’il soit mis hors de cause ce jeudi après-midi", conclut Rue89.

W. F., avec Streetpress et Rue89

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK