Le 31 décembre: un million de touristes sur les plages de Copacabana

Pétales de roses, parfums, bijoux…pour la déesse afro-brésilienne de la mer, Yemanja.
Pétales de roses, parfums, bijoux…pour la déesse afro-brésilienne de la mer, Yemanja. - © LUCIO TAVORA - AFP

A Rio de Janeiro, le réveillon est une fête aussi importante que le carnaval. En général un million de touristes se rendent sur la plage. Vêtus de blanc, ils jettent, dans l’océan des offrandes (pétales de roses, parfums, bijoux…) pour la déesse afro-brésilienne de la mer, Yemanja, protectrice des pêcheurs et des marins. Ces cérémonies mêlent rites africains et traditions chrétiennes.

A chaque réveillon, les quartiers des plages de Copacabana et d’Ipanema sont interdits à la circulation. Il faut laisser toute la place disponible aux piétons qui se rendent dès le matin sur les plages. On vient en famille, avec des fleurs et des bougies et vêtus de blanc ; une tradition expliquée par Patricia Raraimer, anthropologue à l’université fédérale rurale de Rio de Janeiro. "A Rio de Janeiro, il y avait une tradition issue des religions afro-brésiliennes de faire des offrandes sur la plage pour leurs divinités (Yemanja). C’était tout un mouvement rituel où les gens s’habillaient en blanc, avec des offrandes sur des barques. Et le reste de la société en quelque sorte se l’est appropriée. Aujourd’hui s’habiller en blanc est devenu une tradition. Ils vont sur la plage offrir des offrandes à la mer. Récemment, les autorités ont même demandé que les offrandes soient faîtes en matériel biodégradables pour qu’elles ne polluent pas la mer."

Aux 12 coups de minuit, on se jette à l’eau pour se souhaiter la bonne année et un bel été qui débute dans l’hémisphère sud. C’est aussi le moment où commence la musique qui, au Brésil, est aussi une tradition. Un réveillon qui donne donc lieu à la plus grande fête après le carnaval.

Des adorateurs honorent la déesse de la mer Yemanja à Rio de Janeiro

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK