Laos, le pays qui ne peut faire "barrage" à la puissante Chine

Des centaines de personnes étaient portées disparues mardi au Laos au lendemain de l'effondrement d'un barrage hydroélectrique en construction dans le sud du pays, a annoncé l'agence officielle laotienne.

En ce moment il y a plus de 45 barrages en construction dans le pays. Financés majoritairement par la Chine, ces ouvrages mettent en péril la pêche et les villages dans un des pays les plus pauvres d’Asie comme le rapportaient nos confrères du journal Le Monde en mars dernier.

De l'électricité pour les pays voisins

Plusieurs dizaines de barrages sont donc actuellement en construction au Laos, qui exporte la majeure partie de son énergie hydroélectrique vers les pays voisins, notamment en Thaïlande.

Depuis plusieurs années, des organisations environnementales expriment leurs inquiétudes quant aux ambitions hydroélectriques du Laos, notamment l'impact des barrages sur le Mékong, sa flore et sa faune, les populations rurales et les économies locales qui en dépendent.

Le barrage de la province d'Attapeu, un projet de plus d'un milliard de dollars, est en cours de construction depuis 2013.

Il est développé par Xe Pian-Xe Namnoy Power Company (PNPC), une coentreprise formée par la société thaïlandaise Ratchaburi Electricity Generating Holding, l'entreprise coréenne Korea Western Power et la compagnie publique laotienne Lao Holding State Enterprise.

D'une puissance de 410 mégawatts, il devait commencer à fournir de l'électricité à partir de 2019, d'après le site de PNPC. Et 90% de l'énergie produite devait être exportée vers la Thaïlande, le reste étant distribué localement. 

Image de ce que devait être le barrage en 2019

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK