Lancement problématique d'un satellite russe de communications

Le satellite de télécommunication Yamal-402 dans les locaux de Thales Alenia Space à Cannes.
Le satellite de télécommunication Yamal-402 dans les locaux de Thales Alenia Space à Cannes. - © Thales Alenia Space

L'agence spatiale russe Roskosmos a a échoué dimanche à mettre en orbite le satellite de communications Yamal-402, appartenant à Gazprom Space Systems, filiale du géant gazier Gazprom. Le satellite devrait pouvoir rejoindre son orbite par ses propres moyens.

"Le 9 décembre, alors qu'on s'approchait de la mise en orbite du satellite Yamal-402, celui-ci s'est séparé de la fusée Proton avec quatre minutes d'avance", a expliqué l'agence spatiale russe Roskosmos dans un communiqué.

Le satellite reste toutefois sous contrôle et devrait pouvoir retrouver son orbite avec ses propres moteurs, a indiqué à l'agence russe Interfax une source au sein de l'industrie spatiale russe.

"C'est déplaisant, mais pas catastrophique", a-t-il affirmé, reconnaissant toutefois que la manoeuvre, qui pourrait prendre trois jours, raccourcira la durée de vie du satellite.

Yamal-402, qui avait été lancé samedi du cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan, appartient à Gazprom Space Systems, filiale espace et télécommunications du géant gazier russe, et devait servir aux communications en Russie, en Europe centrale et occidentale, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

La Russie a connu ces dernières années une série d'échecs dans ses lancements de satellites ou de véhicules-cargo vers la station spatiale internationale. Les missions habitées se sont en revanche toutes déroulées sans problème.

Construit en France

Le satellite de télécommunication Yamal-402 avait quitté l’établissement cannois de Thales Alenia Space le 4 novembre à destination de la base de lancement de Baïkonour, au Kazakhstan. Maître d’œuvre de ce programme pour le compte de l’opérateur russe Gazprom Space Systems, Thales Alenia Space est responsable de la conception, de la réalisation, des tests et de la livraison clé en main du satellite ainsi que du segment sol associé.

Equipé de 46 transpondeurs, Yamal-402 aura une zone de couverture englobant la Russie, la Communauté des Etats Indépendants, l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique. Il sera positionné sur une orbite géostationnaire à 55° Est. D’une masse de 4,5 tonnes, le satellite a une durée de vie prévue de 15 ans, mais les incidents de lancement pourraient réduire sa durée de service.

Patrick Bartholomé avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK