La Wallonie, en visite en Espagne : "nous sommes là pour faire des ponts"

Dans un auditorium de Madrid, un concert de saxophones. Ce sont des musiciens espagnols qui insistent sur l’origine belge de leurs instruments créés à Dinant, il y a 150 ans.

Mais, ce n’est pas le seul élément qui évoque les liens entre les deux pays dans l’événement organisé par l’AWEX, l’agence wallonne à l’exportation. Ici et là, des évocations de gloires belges, de produits de nos contrées, de projets partagés. "Nous, on est là pour faire des ponts entre l’Espagne et la Région wallonne de Belgique, et ça dans tous les domaines. Donc, on cherche tous les points auxquels on peut se rattacher, les choses sur lesquelles on pourrait parler", souligne, Didier Denayere, conseiller économique et commercial à l’AWEX.

La Wallonie et l’Espagne, une relation à protéger

L’agence promeut des activités commerciales, culturelles, académiques, de toutes sortes. Les exportations wallonnes en Espagne pèsent aux alentours de 2 milliards d’euros annuels. C’est une relation qu’il importe de choyer en ces temps où la présence de l’ancien président catalan en Belgique pourrait les entraver. " Nous nous présentons comme la Wallonie, d’où le nom de Casa Valonia, mais région de Belgique. C’est important ici, en Espagne, de montrer que nous avons des actions, nos collègues flamands sont d’ailleurs là, donc notre volonté est de se positionner sur un point de vue citoyen, un point de vue économique, culturel et académique, et pas un point de vue politique", affirme l’administratrice générale de l’AWEX, Pascale Delcominette,

Les invités espagnols connaissent la Belgique. S’ils sont là pour célébrer la coopération, ils connaissent aussi les tendances séparatistes qui peuvent exister dans nos régions. "Ce qu’il convient de faire en ces moments, c’est d’appliquer à l’extrême la devise de la Belgique en tant que pays, à savoir l’Union fait la force. Dans un monde globalisé comme le nôtre, avec des tensions importantes au niveau économique, avec l’axe asiatique, nous ne pouvons pas nous permettre ces choses", confie la représentante d’une association d’anciens étudiants en Belgique et amis de la Belgique, Sarah Ayats.

Coopérer, le maître mot entre les deux contrées

"La coopération doit prévaloir et elle prévaudra, à un moment donné, parce que les juges sont indépendants. Le droit de l’Union et ses institutions contribuent depuis plus de 70 ans à faire en sorte qu’il y ait la paix et la coopération entre les États d’Europe. Dans ce sens, je pense que la justice prévaudra", ajoute Carlos Moreiro, professeur de droit à l’Université Carlos III de Madrid. Ici, en tout cas, les liens d’amitié et les liens économiques pèsent plus que les différents juridiques qui pourraient surgir. Les procédures d’extradition des séparatistes catalans sont quant à elles, toujours en cours.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK