La vie d'Abdelaziz Bouteflika: de l'indépendance de l'Algérie au pouvoir à tout prix

Abdelaziz Bouteflika sur des affiches électorales en 1999
9 images
Abdelaziz Bouteflika sur des affiches électorales en 1999 - © AFP

1937 – sa naissance au Maroc

En 1937, la famille Bouteflika est en exil à Oujda, à l’Est du Maroc, à une poignée de kilomètres à peine de la frontière algérienne. C’est là, le 2 mars 1937, qu’Abdelaziz voit le jour dans la maison familiale. Ses parents, Ahmed et Mansouriah, sont alors loin de s’imaginer que 82 ans plus tard, leur fils décidera de briguer un 5ème mandat consécutif à la tête de l’Algérie, malgré son état de santé très préoccupant et dans un climat de contestation sans précédent dans le pays depuis que l’homme est arrivé au pouvoir.

1956 – son premier engagement pendant la guerre d’Algérie

En mai 1956, Abdelaziz Bouteflika à 19 ans. C’est le début de son engagement. Il décide de lutter contre la présence coloniale française en rejoignant le Front de Libération Nationale (FLN) et il s’engageant dans les rangs de l’armée de libération nationale (A.L.N). Il luttera depuis la frontière marocaine au sein d’un groupe désormais connu sous le nom de "clan d’Oujda".

1958 – son rapprochement avec Houari Boumedienne

Quelques mois plus tard, au sein du "clan d’Oujda", le jeune Abdelaziz se rapproche d’un des hommes forts de ce clan: Houari Boumedienne, futur président de l’Algérie indépendante. Abdelaziz Bouteflika devient même le secrétaire particulier de Houari Boumedienne.

1962/1963 – il devient ministre et sa vraie carrière politique commence

Juste après l’indépendance proclamée en 1962, Abdelaziz Bouteflika est élu député de Tlemcen, la région d’origine de sa famille. C’est le véritable début de sa carrière politique. Parallèlement, Ahmed Ben Bella devient le premier président de l’Algérie indépendante et on retrouve Abdelaziz Bouteflika au sein de son gouvernement. A 25 ans, il est nommé ministre de la Jeunesse, des Sports et du Tourisme.  Au début de l’année 1963, la carrière politique d’Abdelaziz Bouteflika connaît un tournant quand il est désigné ministre des Affaires étrangères ad interim. Après le congrès du Front de Libération Nationale d'avril 1964, il est nommé membre du Comité central et du bureau politique du FLN.

1963/1979 – le monde découvre le ministre algérien des Affaires étrangères

Très vite, l’homme devient un élément incontournable. Lorsque Houari Boumedienne renverse Ahmed Ben Bella et prend le pouvoir en 1965, il n’oublie d'ailleurs pas le jeune Abdelaziz. Il confirme Bouteflika au poste de ministre des Affaires étrangères, à titre définitif cette fois. A partir de ce moment-là, le monde apprend à connaître cet homme qu’on surnomme déjà "Little big man", en référence à son mètre 59. 

Pendant 15 ans, Abdelaziz Bouteflika est le chef de la diplomatie algérienne. Il devient même président de la 29ème session de l’assemblée générale des Nations Unies en 1974. Un titre honorifique mais qui le projette sur le devant de la scène onusienne.

1978/1987 - Mort de Houari Boumedienne et traversée du désert 

Houari Boumedienne décède en décembre 1978. Abdelaziz Bouteflika reste ministre des Affaires étrangères jusqu'au mois de mars 1979. Il est alors remplacé par Mohamed Seddik Benyahia. Commence alors une période pendant laquelle les anciens proches de Boumedienne deviennent la cible de ceux qui briguent le pouvoir. Bouteflika est exclu du comité central du FLN en 1981, suite à des soupçons de mauvaise gestion du ministère des Affaires étrangères. Abdelaziz Bouteflika est contraint de fuir. L’exil va durer 6 ans. 

1987/1994 – retour en Algérie et refus de la présidence

En 1987, Abdelaziz Bouteflika revient à Algérie dans un contexte de contestations sociales. Il réintègre le comité central du FLN et se relance à tout petits pas dans la vie politique algérienne. En 1991, suite au raz-de-marée électoral du Front islamiste du salut (FIS) lors des législatives, le pays s'enfonce dans une guerre civile. Bouteflika est ensuite sollicité pour intégrer le Haut-Comité d'Etat, une instance présidentielle de transition, en tant que ministre-conseiller. Il refuse. En 1994, on lui propose d'épouser la fonction de chef de l'Etat. Il ne donne pas suite.

1999 - une arrivée au pouvoir et un référendum sur l'amnistie

Pour les élections présidentielles de 1999, Abdelaziz Bouteflika est le candidat du FLN. La veille du scrutin, six candidats se retirent pour protester contre la candidature de Bouteflika jugée comme téléguidé par les militaires. L'homme est élu avec 73,79 % des voix et prend le pouvoir le 15 avril 1999. Il tente rapidement de mettre fin à la guerre civile qui fait rage. Une de ses première mesure porte le nom de "concorde nationale", un projet de loi qui propose l'amnistie des islamistes "qui n'ont pas commis de crimes de sang et de viols", et qui acceptent de se soumettre à l'autorité de l'Etat algérien. Ce projet de loi est soumis à référendum. Le texte est approuvé à une écrasante majorité. 

A découvrir ci-dessous, le portrait d'Abdelaziz Bouteflika réalisé en 2014: 

2004 - un second mandat et un nouveau référendum 

Après sa réélection en 2004, un nouveau référendum permet l'adoption d'une "Charte pour la paix et la réconciliation". Cette charte offre le "pardon" aux islamistes qui ne se sont pas encore rendus en échange de leur reddition. La guerre civile avait débuté en 1992 après l'annulation des élections législatives à la suite de la large avance au 1er tour fin 1991 du Front islamique du salut (FIS), dissous par la suite. Selon les chiffres officiels, cette guerre civile a fait quelques 200.000 morts. 

2008 - fin de la limitation du nombre de mandats du président

En 2008, les députés algériens votent à mains levées en faveur d'une révision de la constitution. Désormais, les nombre de mandats présidentiel n'est plus limité à deux. La porte d'un troisième mandat s'ouvre pour Abdelaziz Bouteflika. En 2009, il est réélu avec 90,24 % des voix. 

2013/2014 - Abdelaziz Bouteflika est victime d'un AVC et brigue un 4ème mandat 

En 2013, le président algérien est victime d'un accident vasculaire cérébral (AVC). Depuis lors, l'homme est très affaibli et son état de santé se détériore, à tel point que certains Algériens n'imaginent pas qu'Abdelaziz Bouteflika briguera un 4ème mandat. Mais quelques mois plus tard, le président impose un important remaniement ministériel qui réduit notamment l'influence des services secrets. Il se présente aux élections présidentielles suivantes, puisque la Constitution ne l'interdit plus. Il est élu avec 81,49 % des voix. Il prête serment en fauteuil roulant le 28 avril 2014.

1er novembre 2018 - une image qui a marqué les Algériens 

Depuis quelques mois, les apparitions publiques d'Abdelaziz Bouteflika sont de plus en plus rares. Les Algériens doivent souvent se contenter de portraits de leur président, notamment lors de réunions officielles ou de meetings. Le 1er novembre 2018, les Algériens redécouvrent Abdelaziz Bouteflika quand celui-ci apparaît à la télévision publique lors d'une cérémonie à la mémoire des martyrs de la Guerre de libération national, au cimetière d’El Alia d'Alger. Le président apparaît extrêmement diminué. Cet image a marqué la population.

3 mars 2019 - L'Algérie est dans la rue, Bouteflika candidat pour un 5ème mandat

Le 10 février 2019, Abdelaziz Bouteflika annonce sa volonté de se présenter aux élections présidentielles du 18 avril. En clair: l'homme veut briguer un 5ème mandat. Résultat, quelques jours plus tard des dizaines de milliers d'Algériens descendent dans la rue, dans plusieurs villes du pays et notamment à Alger, la capitale, où les manifestations sont pourtant interdites. Abdelaziz Bouteflika lui quitte l'Algérie pour Génève, en Suisse, où il doit subir des examens médicaux. Les manifestations se succèdent en Algérie mais le 3 mars 2019, le dossier de candidature d'Abdelaziz Bouteflika est déposé au Conseil constitutionnel par son directeur de campagne. 

Abdelaziz Bouteflika écrit une lettre aux Algériens dans laquelle il s'engage, s'il est élu, à ne pas aller au bout de son mandat et à organiser des élections présidentielles à laquelle il ne se présentera pas. 

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK