La Tunisie se donne jusqu'au 14 janvier pour sa nouvelle Constitution

Les députés étaient réunis autour de l'hymne national avant des débats de plus en plus houleux, questions de procédure et de fond... Des ralentissements malvenus après plus de deux ans de travaux en dent de scie sur la Constitution, très en retard à cause des divisions idéologiques censées être aujourd'hui réglées. Comme sur la place de l'Islam.

Examiner 250 amendements et adopter 150 articles en moins de 10 jours

Chrokri Aïch, élu de l'opposition pense que "les articles les plus délicats ont été traité au niveau de la Commission des consensus. Beaucoup d'articles qui concernaient l'état théocratique ont été éliminés. Je ne vois pas pourquoi des propositions de certains ont été discutées. C'est une perte de temps".

Car il faut faire vite: examiner 250 amendements et adopter 150 articles en moins de 10 jours, jusqu'au 14 janvier. Un chronomètre a d'ailleurs été calé sur 3 minutes pour chaque proposition d'amendement. Certains craignent que le texte soit baclé. Mais Zied Ladhari, député et porte-parole d'Ennahda assure qu'il ne sera pas dévié de son sens: "C'est un moment historique. Je ne pense pas qu'il va y avoir d'amendements majeurs de manière à bouleverser les équilibres du projet".

Un consensus nécessaire pour garantir l'adoption de la Constitution dans son ensemble à la majorité des 2/3 et rétablir la confiance.

RTBF

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK