La tempête Ciara balaie le tiers nord de la France

À Wimeureux dans le Pas-de-Calais 9 février 2020
3 images
À Wimeureux dans le Pas-de-Calais 9 février 2020 - © Denis Charlet

Toitures arrachées, courant coupé et transports perturbés: le tiers nord de la France subissait dimanche le passage de la tempête Ciara, qui a entraîné des centaines d'interventions des secours, avant de possibles inondations dans l'est au cours de la nuit.

Au total, 42 départements allant du Finistère jusqu'au Doubs en passant par le Pas-de-Calais ont été placés en vigilance orange "vents violents" par Météo-France, qui fait état de rafales dépassant les 100 km/h à l'intérieur des terres et jusqu'à 130 km/h sur les côtes.

Le littoral fait lui l'objet d'une alerte "vagues-submersion" depuis l'estuaire de la Loire jusqu'aux plages du Nord.

Dans la Manche, le trafic des ferries reliant Calais à Douvres (Grande-Bretagne) a été suspendu "jusqu'à nouvel ordre", selon la porte-parole du port de Boulogne-Calais. Les liaisons entre Poole et Cherbourg ou Dieppe et Newhaven ont elles aussi été annulées dimanche.

A Wimereux (Pas-de-Calais), où des amateurs de glisse sont sortis en mer, les sauveteurs de la SNSM ont dénoncé des comportements "inconscients", ne respectant pas les "appels à la prudence les plus élémentaires" émis par les préfectures.

"C'est impressionnant, la marée haute couplée à la force du vent entraîne des gerbes qui passent jusqu'à deux mètres au dessus de la digue", a déclaré à l'AFP Pierre, venu, comme de nombreux badauds, observer la tempête sur le front de mer et ayant lui-même été fortement arrosé par une vague.

Vols annulés

Dans les airs, les liaisons ont également été fortement perturbées : plusieurs vols ont été retardés dans les aéroports de Caen, Lille ou Brest, affectant des milliers de passagers, quand celui de Beauvais a suspendu tout trafic, au moins jusqu'à 21h.

"Les vents de travers sont trop importants pour permettre d’atterrir ou décoller en toute sécurité", a expliqué le porte-parole de l'aéroport de Lille.

A Paris-Charles de Gaulle et Paris-Orly, "des retards sont possibles", selon les autorités aéroportuaires, qui incitent les passagers à s'informer auprès de leurs compagnies.

Dans les terres, la circulation automobile ou ferroviaire était compliquée par des chutes de branches ou d'arbres comme en Ile-de-France, le trafic a été coupé sur une partie de la ligne H du Transilien.

Depuis la gare de Paris-Nord, plusieurs trajets ont été modifiés, retardés ou supprimés. En Normandie, plusieurs liaisons TER ont été remplacées par des autocars, tandis qu'en Centre-Val de Loire, celles entre Chartres et Le Mans ont été annulées. La SNCF a également annoncé la suppression du plusieurs TER dimanche soir et lundi en en Lorraine et en Alsace, "par mesure de sécurité".

Les secours ont été particulièrement sollicités : le SDIS du Nord a par exemple recensé "plus de 400 interventions en lien avec la tempête". Les toitures des bâtiments de la police municipale à Caudry ou d'un collège au Quesnoy ont été endommagées.

Nouveaux vents violents

Sur le réseau électrique, Enedis faisait état de perturbations sur la côte boulonnaise ainsi qu'à Calais, Dunkerque, ou encore Liévin. Des coupures ont également été enregistrées dans le Finistère, selon la préfecture. Au total, plusieurs milliers de personnes ont été affectées, mais aucun bilan précis n'a été communiqué : "le plus fort de la crise n'est pas encore passé", a prévenu une porte-parole d'Enedis.

Au fur et à mesure de la progression de la tempête, les municipalités ont fermé au public leurs parcs et jardins: c'était le cas dès le matin à Lille ou Orléans, en milieu de journée à Paris, où la Tour Eiffel a également été fermée, et dans l'après midi à Nancy ou Strasbourg.

Selon Météo-France, le vent commencera à faiblir "par l'ouest en fin de nuit puis en matinée de lundi". En Moselle et Meurthe-et-Moselle, des inondations sont à craindre en raison des précipitations attendues. Certains cours d'eau, dont le niveau a augmenté avec les abondantes pluies tombées ces derniers jours, pourraient déborder.

D'autres vents violents sont attendus dans la journée de lundi "sur les Alpes ainsi qu'en Corse". Ils pourraient atteindre les 200 km/h dans la nuit de lundi à mardi dans le Cap Corse.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK