Coronavirus en Corée du Nord : "Pas un seul cas dans le pays" déclare Kim Jong Un, lors d'un défilé militaire géant

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un lors du défilé de ce samedi.
Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un lors du défilé de ce samedi. - © AFP

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a assuré ce samedi, lors d’un défilé militaire géant organisé à Pyongyang, qu’il n’y avait "pas une seule personne" atteinte de coronavirus dans son pays alors que la pandémie a touché le monde entier.

Il a souhaité "une bonne santé à tous les gens à travers le monde qui combattent les maux" du Covid-19, dans un discours retransmis par la télévision d’Etat, alors que le président américain Donald Trump a récemment été hospitalisé.

La télévision d’Etat nord-coréenne a commencé ce samedi à retransmettre les images du défilé militaire très attendu, quelques heures après qu’il se soit déroulé à Pyongyang à l’occasion du 75e anniversaire de la fondation du Parti des travailleurs. Le programme s’est ouvert avec une image d’une affiche de propagande montrant trois Nord-Coréens brandissant la faucille, le marteau et le pinceau, symboles du parti au pouvoir, avec le slogan "la plus grande victoire pour notre grand parti".

Le pays au régime totalitaire possède la quatrième armée du monde, armée mise en valeur chaque année lors d’un défilé dont la théâtralité n’a d’égal que la minutie avec laquelle les gestes semblent orchestrés.

L’armée, vitrine du régime

Le dirigeant nord-coréen Kim Jung Un a assuré ce samedi qu’il continuerait de renforcer son armée et soutenu qu’il n’y avait pas un seul cas de coronavirus dans son pays, lors d’un défilé militaire géant au cours duquel Pyongyang devait faire étalage de ses dernières technologies de défense.

Le défilé a été organisé à l’occasion du 75e anniversaire de la fondation du Parti des travailleurs au pouvoir dans le pays doté de l’arme nucléaire.

"Nous continuerons à renforcer notre armée, à des fins d’autodéfense et de dissuasion", a déclaré le leader nord-coréen dans un discours retransmis en différé par la télévision d’Etat.

La télévision d’Etat KCTV a montré des escadrons de soldats armés et des véhicules militaires alignés dans les rues de Pyongyang, prêts à marcher vers la place Kim Il Sung, qui doit son nom au fondateur du régime.

Aucun des participants ni personne dans le public ne portait de masque, mais il y avait moins de monde que d’habitude sur cette place.

Nombre d’observateurs étrangers limité

Le clou du spectacle est généralement le genre de missiles que Pyongyang veut montrer, et qui sont attentivement suivis par les observateurs pour avoir une idée du développement du programme d’armement de Pyongyang.

Contrairement à de précédents défilés, aucun média étranger n’a été invité cette année. Nombre d’ambassades sont fermées du fait des restrictions liées au coronavirus, ce qui fait que le nombre d’observateurs étrangers est limité.

Programme nucléaire

Les experts sont convaincus que la Corée du Nord a poursuivi ses programmes nucléaire et balistique, qu’elle justifie par la menace américaine, y compris pendant les négociations avec les Etats-Unis, dans une impasse depuis plus d’un an.

La Corée du Nord a dévoilé samedi un missile balistique intercontinental (ICBM) géant lors d’un défilé militaire à Pyongyang, selon des analystes militaires.

Chacun des missiles était tracté sur un véhicule à 11 essieux et Akit Panda, de la Federation of American Scientists, une ONG scrutant les risques liés au nucléaire, a estimé dans un tweet qu’il s’agissait du "plus gros missile mobile à combustion liquide jamais vu à ce jour".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK