La Syrie s'enfonce dans la spirale de la violence

Un mort dans les affrontements selon une vidéo postée sur youtube
Un mort dans les affrontements selon une vidéo postée sur youtube - © AFP

Les affrontements entre les contestataires et les forces de l'ordre ne cessent de s'intensifier. Lundi, la télévision d'État a rapporté que 120 policiers et membres des forces de l'ordre sont morts dans le nord-ouest du pays. Ces informations restent néanmoins très confuses.

Les affrontements se sont produits dans la ville de Jisr al-Choughour, dans le nord-ouest de la Syrie.

La télévision syrienne a annoncé, lundi, que des groupes armés auraient pris en embuscade des policiers et des membres des forces de sécurité. Il y aurait 120 morts dans les rangs des forces de sécurité.

Les autorités syriennes ont accusé des groupes armés non identifiés d'être à l'origine de combats. Le ministre de l'Intérieur a promis une réponse très ferme.

Une autre version

Les défenseurs des droits de l'homme donnent une toute autre version. Plusieurs soldats et des policiers auraient été tués par les forces de sécurité alors qu'ils tentaient de protéger la population.

Ces affrontements interviennent alors que l'armée mène des opérations sécuritaires dans cette région du nord-ouest du pays. Les attaques se sont multipliées depuis trois jours. Les organisations de droits de l'homme font état de plusieurs dizaines de morts parmi les civils. D'autres affirment également que des habitants ont pris les armes dans certains secteurs.

L'opposition syrienne affirme que la contestation du régime autoritaire du président Bachar al Assad se veut pacifique, alors que le régime parle de bandes armées.

Il est néanmoins difficile de vérifier ces informations contradictoires. Les médias étrangers ne peuvent pas couvrir directement ces affrontements à cause des restrictions imposées par les autorités.

 

Nicolas Willems

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK