La survie d'Israël "dépend de sa capacité à faire des compromis", pour l'historien Joël Kotek

La survie d'Israël "dépend de sa capacité à faire des compromis", pour l'historien Joël Kotek
La survie d'Israël "dépend de sa capacité à faire des compromis", pour l'historien Joël Kotek - © Tous droits réservés

Joël Kotek, historien et politologue de l'ULB, était sur le plateau de La Première ce dimanche à la veille des 70 ans de la création de l'Etat d'Israël.

Un Etat qui "tient du miracle, si l'on considère qu'il est en guerre depuis 70 ans, voire un siècle si l'on part de la déclaration Balfour en 1917" pour l'historien. "Ce n’est pas seulement une puissance militaire, mais également une puissance technologique. C’est un pays qui innove et malgré des contraintes terribles reste une belle démocratie, vu que l’on sait aujourd’hui que son Premier ministre risque d’être traduit devant la justice.", car soupçonné de corruption, fraude et abus de confiance.

Dernières tensions en date, un regain de violence avec l'Iran, suite aux tirs de roquettes et de missiles entre les deux pays ces derniers jours. De quoi craindre une guerre ? "Absolument pas, on assiste surtout à des gesticulations. "Le gouvernement israélien n’a pas tellement intérêt à ce que la situation soit calme : on a un Premier ministre aux abois, qui se présente un peu comme le père de la nation, le protecteur de la nation qui veut faire oublier ses ennuis judiciaires, qui veut se présenter comme quelqu’un d’incontournable, qui n’a pas d’alternative… Ce qui malheureusement est vrai, quelque part, car la nouvelle classe politique israélienne ne donne pas de réponse à la question du leadership."

Mais malgré ces tensions permanentes avec les pays voisins, Joël Kotek pense que "la survie à long terme d'Israël dépend de sa capacité à faire des compromis, et d’accepter d’avoir un Etat palestinien à ses côtés. Il n’aura pas le choix, il faudra se remettre à table. Mais les solutions ne viendront pas de Benyamin Netanyahu, mais d’une nouvelle génération."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK