La Russie en manoeuvres militaires près de l'Estonie et la Lettonie

Image d'illustration
Image d'illustration - © ANDREJ ISAKOVIC - BELGAIMAGE

La Russie a lancé mercredi de vastes manoeuvres militaires impliquant environ 2000 soldats dans la région de Pskov (ouest), frontalière de l'Estonie et de la Lettonie, pays membres de l'Union européenne, a indiqué une porte-parole du ministère russe de la Défense.

Les exercices, qui impliquent également 500 appareils militaires, prévoient le parachutage en masse de 1500 soldats des troupes aéroportées, a annoncé la porte-parole Irina Krouglova.

Au cours des manoeuvres, qui vont durer jusqu'à samedi, les soldats auront notamment pour but d'envahir et de détruire l'aérodrome d'un ennemi imaginaire, a-t-elle précisé.

Depuis le début de la crise ukrainienne, la Russie, que Kiev et l'Occident accusent de soutenir militairement les rebelles prorusses dans l'est de l'Ukraine, a effectué une série de manoeuvres militaires, dénoncées par les autorités ukrainiennes et l'Otan.

Le commandant adjoint de l'Alliance atlantique en Europe, Adrian Bradshaw, a affirmé la semaine dernière que la Russie pourrait tenter de conquérir des territoires appartenant à des Etats de l'Otan, représentant ainsi une "menace existentielle".

Les pays baltes, comme la Lettonie et l'Estonie qui partagent leurs frontières avec la Russie, expriment régulièrement leurs craintes face à leur grand voisin russe et dénoncent son implication présumée dans le conflit ukrainien.

L'Otan a répondu à leurs craintes en envoyant dans les pays baltes des avions de chasse et en y organisant plusieurs exercices militaires.

Mardi, des blindés américains ont également participé à un défilé militaire dans la ville de Narva, en Estonie, tout près de la frontière russe.

La Lituanie voisine, accolée au territoire russe de Kaliningrad, a de son côté annoncé mardi l'intention de rétablir temporairement le service militaire obligatoire en raison de "l'actuel environnement géopolitique".


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK