La Russie annonce le début du retrait de ses troupes près de l'Ukraine

La Russie a annoncé jeudi qu’elle lancerait vendredi le retrait de ses troupes massées près de l’Ukraine et en Crimée annexée, jugeant ses exercices terminés, une présence militaire massive qui inquiétait l’Occident et Kiev.


►►►Lire aussi : Conflit en Ukraine : Kiev veut un sommet à quatre et espère une reprise de la trêve


"Les troupes ont démontré leur capacité à assurer une défense fiable du pays. J’ai donc décidé d’achever les activités d’inspection dans les districts militaires du sud et de l’ouest", frontaliers de l’Ukraine, a déclaré le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou, cité dans un communiqué. "Elles regagneront leur base d’ici le 1er mai".

Hausse du rouble

La nouvelle a provoqué une forte hausse du rouble sur les marchés des changes, après des semaines de tensions liées aux mouvements militaires russes près des frontières ukrainiennes.

On ignore si cet ordre donné par Sergueï Choïgou à l’état-major concerne l’ensemble des forces massées dernièrement.

Le porte-parole de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a déclaré cette semaine que Moscou avait massé 100.000 hommes près de l’Ukraine.

"Defender Europe"

Sergueï Choïgou a cependant souligné que l’armée russe devait être prête à répondre rapidement en cas d’évolution "défavorable" de la situation à proximité des manœuvres "Defender Europe" effectuées par l’Otan.

Ces exercices annuels impliquent plus de 28.000 soldats de 26 pays dans une trentaine de zones d’entraînement et une douzaine de pays de mars à juin.

Sergueï Choïgou a survolé jeudi en hélicoptère des zones en Crimée, péninsule ukrainienne annexée par Moscou en 2014, et en mer Noire où des troupes et des équipements militaires ont été déployés pour des exercices.

Plus de 10.000 hommes et 40 navires, selon l’agence Interfax

Selon l’agence Interfax, ces manœuvres russes mobilisent plus de 10.000 hommes et 40 navires de guerre ainsi qu’une vingtaine de bâtiments de soutien.

Le président ukrainien Volodimir Zelenski exhorte les Occidentaux à adopter un nouveau train de sanctions contre Moscou. Il a parallèlement proposé de rencontrer son homologue russe Vladimir Poutine pour faire retomber les tensions, proposition à laquelle ce dernier répondra s’il l’estime nécessaire, a fait savoir le Kremlin jeudi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK