La Russie accusée d'utiliser les réseaux sociaux pour influencer les élections européennes

La Russie accusée d'utiliser les réseaux sociaux pour influencer les élections européennes
La Russie accusée d'utiliser les réseaux sociaux pour influencer les élections européennes - © Tous droits réservés

Les services de renseignement européens surveillent les tentatives de la Russie d’influencer les élections européennes qui débuteront le 23 mai, selon des rapports consultés par DPA.

Ces tentatives passent notamment par l’utilisation des réseaux sociaux, comme des RT pour soutenir les partis pro Russie et ceux critiquant l’Union européenne. Les jeunes sont principalement ciblés, avec pour but de semer le doute au sujet de l’importance des instances européennes et de réduire le taux de participation aux élections, organisées du 23 au 26 mai.

Selon de hauts responsables des services de renseignement, les démarches russes sont jusqu’à présent moins perceptibles que lors de l’élection présidentielle américaine en 2016 et en France en mai 2017. Aux Etats-Unis, la Russie avait piraté les courriels de Démocrates pour porter atteinte à la candidature d’Hillary Clinton tandis qu’en France, des fonds russes avaient été utilisés pour soutenir la candidature de Marine Le Pen. Cette moindre visibilité peut être en partie liée aux plus de 150 fonctionnaires russes renvoyés par l’Union européenne et les Etats-Unis l’an dernier après l’empoisonnement de deux ex-espions en Angleterre. Ces renvois ont en effet probablement contribué au démantèlement de réseaux développés par la Russie, estime une source au sein des services de renseignement.

La Russie dément

Moscou de son côté rejette catégoriquement ces accusations. « La Russie n’essaie pas d’influencer les élections européennes ni d’autres élections », a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères. Il s’agit de « trouver quelqu’un d’autre à blâmer pour les problèmes causés par les partis traditionnels eux-mêmes et pour le succès rencontré par les populistes et les nationalistes en Europe », a-t-il ajouté.

Les personnes derrière ces campagnes d’interférence n’ont pas pu être identifiées mais les renseignements supposent que la stratégie est pilotée par des dirigeants politiques depuis Moscou.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK