La proposition de budget européen de Charles Michel est "insatisfaisante" pour le Parlement européen

La proposition de budget européen de Charles Michel est "insatisfaisante" pour le Parlement européen
La proposition de budget européen de Charles Michel est "insatisfaisante" pour le Parlement européen - © Tous droits réservés

Sans surprise, le président du Parlement européen David Sassoli a taxé vendredi d'"insatisfaisante" la proposition mise en avant par Charles Michel comme compromis de CFP (cadre financier pluriannuel) européen 2021-2027. Si les dirigeants des 27 ne l'"améliorent" pas, l'assemblée européenne n'y donnera pas son feu vert, prévient-il déjà.

La proposition présentée "est très éloignée de ce qui est nécessaire pour financer de manière adéquate les programmes anciens et nouveaux de l'UE", réagit l'Italien en soirée via communiqué.

Avec un cadre budgétaire permettant des engagements pour un total à 1,074% du revenu national brut (RNB) de l'UE des 27, le président du Conseil européen met en avant un budget futur de bien moindre ampleur que ce que défend le Parlement, qui plaide pour un cadre à 1,3% du RNB. La proposition de la Commission est elle aussi plus élevée, mais cela coince au niveau des Etats membres qui vont devoir desserrer les cordons de la bourse ou craignent une révision de leur "rabais".

Depuis plusieurs mois, le Parlement met de son côté en garde contre la tentation d'envisager un budget trop étriqué, alors que l'Europe veut être à l'avant-plan de la transition écologique et numérique tout en maintenant des politiques historiques fortes et en avançant une Commission "géostratégique" comme le rappelle régulièrement Ursula von der Leyen.

Dans cette optique, la proposition "contredit les ambitions proclamées quant à trois priorités que les Etats membres eux-mêmes - et non le Parlement - ont placées au centre de leur vision: le climat, la digitalisation et la dimension géopolitique", résume David Sassoli. Elle "risque de laisser l'Europe à la traîne par rapport à ses propres objectifs mais aussi par rapport à d'autres acteurs sur la scène internationale, comme la Chine et les Etats-Unis".

D'ailleurs, les chiffres mis en avant par le Belge "ne diffèrent pas énormément de la proposition de la présidence finlandaise (du Conseil de l'UE, jusqu'en décembre dernier, NDLR), sur laquelle le Parlement européen s'est déjà exprimé clairement et à une très large majorité", ajoute Sassoli.

Le communiqué se conclut sur un avertissement ferme: "j'appelle les chefs d'Etat et de gouvernement de faire tout effort pour améliorer (la proposition) en vue du sommet du 20 février" consacré à ce budget pluriannuel, "car autrement le Parlement ne sera pas en mesure de l'accepter".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK