La Nouvelle-Orléans se prépare au passage de la tempête Barry

Le spectre de l’ouragan Katrina plane sur la ville portuaire de la Louisiane. La tempête tropicale Barry qui devrait être surclassée en ouragan alors qu’elle approche de la côte américaine, va atteindre la même zone que celle dévastée en 2005 par Katrina.

C’est toute la région du delta du Mississipi, autour de la Nouvelle-Orléans, qui scrute avec inquiétude les derniers bulletins météorologiques. Selon les priLe niveau du fleuve étant préalablement inhabituellement haut, les premières pluies ont déjà causé des inondations entrainant une déclaration d’Etat d’urgence de la part du président Trump à la demande du gouverneur de l’Etat de Louisiane, John Bel Edwards. Dans une allocution à la population, ce dernier précise que "ceci est un événement météorologique important et sévère et le service météorologique national utilise même des termes comme inondations potentiellement mortelles". Il ajoute que le niveau des précipitations devrait se situer entre 25 et 40 cm en à peine quelques heures.

Cependant, la population n’a pas attendu le signal des autorités pour se protéger. De nombreux habitants ont construits des barricades à l’aide de sacs de sables. Les magasins ont vu leurs stocks d’eau, de nourriture et de matériel de première nécessité se vider en quelques heures. Un peu partout, résidents et touristes ont également repéré les lieux surélevés à rejoindre en cas de crue soudaine. Ron Ganier, un touriste canadien interrogé par l’AFP à l’entrée de la Nouvelle-Orléans, témoigne "on s’est bien assurés qu’on était au deuxième étage de l’hôtel, donc on a environ 3,5 mètres entre nous et la zone d’inondations. On vient de revenir du supermarché, on a de la bière, on a de la nourriture, de l’eau fraîche, on devrait être bien pour environ deux jours."

L’inquiétude est toutefois beaucoup plus palpable chez ceux qui ont connu la catastrophe de 2005. Clarence Brocks, 65 ans, est un natif de la Louisiane, il habite une petite maison en bois dans les zones marécageuses du delta, en aval de la Nouvelle-Orléans. Il est donc en première ligne en cas de nouveau désastre et a reçu l’ordre d’évacuer, "on se trouve entre deux étendues d’eau majeures ici. Et la seule chose qui nous protège, ce sont les deux digues de 6 mètres, dont l’une a déjà cédé par le passé, avec Katrina". Il espère que sa maison ne sera pas à nouveau détruite comme ce fut le cas en 2005, mais au moins depuis lors, il a souscrit à une assurance inondation.

La Louisiane entière se prépare donc au pire avec le passage de Barry. Pour les digues et autres nouveaux dispositifs anti-crues, améliorés après le fiasco de Katrina, c’est plus que jamais l’heure de vérité.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK