La mise sous tutelle de la Catalogne approuvée: "Je ne fais que rétablir la loi"

La mise sous tutelle de la Catalogne a été approuvée par le Sénat espagnol. Quelques minutes plus tôt, le parlement catalan à Barcelone avait approuvé une résolution proclamant l'indépendance de la Catalogne.

Ce vendredi matin, le chef du gouvernement espagnol, le conservateur Mariano Rajoy, avait demandé l'autorisation de destituer le président de la Catalogne, Carles Puigdemont, et tout son gouvernement, pour contrer leurs projets indépendantistes.

En déclarant leur indépendance, la Catalogne a commis un délit

Mariano Rajoy a réagi devant les journalistes à la sortie de la demande de destitution du gouvernement catalan. "En déclarant leur indépendance, la Catalogne a commis un délit". "Je ne fais que rétablir la loi. L'Espagne est un pays sérieux. On n'est pas prêts à laisser quiconque prétendre liquider notre Constitution". Il a par ailleurs voulu rassurer les Catalans qui ne sont pas en faveur de l'indépendance. Voir la vidéo ci-dessus [en espagnol].

 L'issue de ce vote historique du Sénat ne faisait guère de doute, le parti du chef du gouvernement Mariano Rajoy disposant de la majorité absolue pour approuver ces mesures, en vertu de l'article 155 de la Constitution. Il a convoqué un Conseil des ministres extraordinaire à 18h.

Quelle mise sous tutelle?

Le chef du gouvernement cental Mariano Rajoy obtient ainsi le pouvoir de destituer l'exécutif indépendantiste catalan et de mettre sous tutelle de sa police, son parlement, ses médias publics, pour six mois, le temps d'organiser dans la région des élections qui remettent tout à plat, début 2018.

>>> A lire également : mise sous tutelle de médias catalans par Madrid? Une "violation du droit à l'information"

Jeudi, le président de la région catalane Carles Puigdemont a renoncé à organiser des élections régionales anticipées. Il avoue avoir envisagé cette option - ce qui aurait sans doute apaisé les tensions - mais faute de garanties suffisantes du gouvernement central, il a choisi de ne pas choisir. A la place, le parlement de Barcelone a approuvé une résolution proclamant l'indépendance de la Catalogne. Une décision à laquelle Mariano Rajoy a réagi en déclarant que "L'Etat de droit restaurerait la légalité" dans la région.

Arrivée du premier ministre espagnol Mariano Rajoy au sénat:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK