La manifestation des anti-G7 débute sous haute surveillance en Sicile

Parmi les revendications des manifestants: la politique environnementale de Donald Trump.
2 images
Parmi les revendications des manifestants: la politique environnementale de Donald Trump. - © FILIPPO MONTEFORTE - AFP

Plusieurs centaines de manifestants alter-mondialistes ont commencé à défiler samedi après-midi sous haute sécurité, mais dans une ambiance bon enfant à Giardini-Naxos, au pied de la colline de Taormina en Sicile, où s'achevait le sommet du G7.

Ce matin déjà, Oxfam et Greenpeace étaient présents sur la plage de Giardini-Naxos pour manifester contre les politique migratoires et environnementales de certains dirigeants présents au sommet du G7.

De nombreuses revendications

"Contre les patrons du monde qui imposent le chômage, la précarité et la misère", proclamait une banderole alors que les manifestants exprimaient toutes sortes de revendications.

"On est ici pour contester ce G7 qui représente le manque de respect dont sont victimes les femmes à travers le monde", a déclaré à l'AFP Donatella Anello, membre d'un groupe féministe venu de toute l'Italie, en dénonçant les coupes budgétaires du président américain Donald Trump aux organisations défendant les avortements dans les pays du tiers-monde.

"Nous sommes là pour dire aux grands de ce monde que les problèmes de notre société ne sont pas liés aux migrants mais au fait qu'on ne permet pas à ces gens de s'insérer", a déclaré à l'AFP Ivan Santangelo, porte-parole d'un groupe d'étudiants venus de Naples.

Une manifestation dans une ville morte

Le défilé se déroulait dans une ambiance surréaliste de ville morte: rues désertes, commerces fermés et pour certains protégés par des cartons ou des planches, volets clos...

La ville était aussi quasiment en état de siège, avec des cars de police dans toutes les rues adjacentes pour canaliser le cortège qui doit suivre le bord de mer, tandis que des navires militaires patrouillent.

Les organisateurs avaient annoncé entre 3 000 et 4 000 manifestants, venus d'Italie et de l'étranger, mais tous redoutaient l'infiltration de casseurs comme cela s'est déjà produit dans le passé.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK