France: la "jungle" de Calais sera bien partiellement évacuée

La "Jungle" de calais
La "Jungle" de calais - © RTBF

La décision est tombée, la partie sud de la "jungle" de Calais va être évacuée. L'arrêté d’expulsion de la "jungle" de Calais s'applique sauf dans les espaces sociaux (églises, théâtres, etc.).

La juge du tribunal administratif de Lille avait visité mardi le camp de réfugiés à Calais. Elle avait été saisie par dix associations et 238 migrants.

La juge a pris sa décision après avoir observé la situation pour pouvoir établir si une évacuation du lieu est ou non "une violation des droits fondamentaux des individus". La décision de la juge était attendue depuis hier mercredi.

Cette décision n'a toutefois pas été assortie d'un délai d'exécution. Une source au sein de la préfecture a par ailleurs affirmé qu'il n'y aurait pas d'expulsions par la force: "On va continuer le travail engagé avec les associations pour convaincre les migrants de partir pour être mis à l'abri "ailleurs que dans la "jungle", a-t-elle déclaré.

Les autorités locales avaient ordonné l'évacuation de la zone sud de ce bidonville avant mardi soir, sous peine de recourir à la force, mais la justice, saisie sur ce sujet sensible, s'était donné un délai pour statuer.

Les autorités entendent reloger 800 à 1000 migrants dans des centres d'accueil à Calais ou ailleurs en France. Mais selon les associations, la partie sud du camp compterait en fait beaucoup plus de migrants, de l'ordre de 3450 personnes selon le recensement de l'organisation britannique Help Refugees.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK