La Grèce maintient le confinement des demandeurs d'asile sur les îles

Photo prétexte.
Photo prétexte. - © ELVIS BARUKCIC - AFP

Le gouvernement grec va maintenir le confinement sur les îles de la mer Égée des demandeurs d'asile arrivés de Turquie, en contournant une décision de justice qui levait cette mesure, a indiqué lundi le ministère à la politique migratoire.

Ce maintien du confinement est permis par une nouvelle décision du service d'asile, justifiant cette mesure par un autre motif que celui retoqué par la justice mercredi, a précisé le ministère.

"Les demandeurs d'asile arrivant sur les îles se verront remettre une note précisant qu'ils doivent rester sur place pour faciliter le suivi de leur demande", a précisé à l'AFP une source du ministère.

Libre circulation

A la suite d'un recours du Conseil grec des réfugiés, le Conseil d'État, plus haute juridiction administrative, s'était prononcé mercredi contre les limitations à la libre circulation imposées aux arrivants sur les îles grecques depuis l'entrée en vigueur en mars 2016 du pacte UE-Turquie visant à couper la route migratoire en Égée.

Mais le Conseil s'était prononcé en jugeant infondée la justification alors apportée, soit des "motifs sérieux d'intérêt public". Sa décision ne porte donc pas sur la nouvelle règle mise en place par le service d'asile, selon le ministère.

Le Conseil grec des réfugiés a dénoncé un "coup porté à l'État de droit", mettant en cause des pressions exercées par la Commission européenne. Le maintien du confinement "va continuer à exposer les réfugiés à des souffrances" et à alimenter les tensions avec les habitants des îles, a-t-il déploré dans un communiqué, se réservant de saisir à nouveau la justice.

La décision du Conseil d'Etat avait été salué par les ONG de défense des droits de l'homme, dont Amnesty international, qui s'alarment depuis des mois des conditions de vie des quelques 15.000 demandeurs d'asile parqués sur les îles.

L'annonce du gouvernement intervient alors que plus d'une dizaine de migrants et réfugiés ont été blessés dans la nuit de dimanche à lundi sur l'île de Lesbos lors d'affrontements avec des militants d'extrême droite.

Ces derniers avaient attaqué près de 200 Afghans campant devant la place centrale de Mytilène, chef-lieu de l'île, depuis mardi dernier pour protester contre leur confinement.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK