La famille royale aux Pays-Bas reste très populaire

La famille royale aux Pays-Bas reste très populaire
3 images
La famille royale aux Pays-Bas reste très populaire - © AFP PHOTO / PATRIK STOLLARZ

Ce mardi, après 33 ans de pouvoir, la reine Beatrix passe le flambeau à son fils Willem Alexander et son épouse Maxima. Un million de personnes sont attendues dans les rues pour fêter l'évènement. L'occasion de rappeler que la famille royale aux Pays-Bas reste très populaire. C'est ce qui a été notamment évoqué dans Matin Première.

Depuis 5 h du matin, le monde afflue aux abords du Palais royal. "Tout est orange, comme si les Pays-Bas étaient en finale de la Coupe du monde", témoigne Bertrand Henne en direct d'Amsterdam.

Mathieu Van Winckel, journaliste à la cellule internationale de la RTBF, rappelle que cette journée du 30 avril n'a pas été choisie par hasard, c'est habituellement le jour de la fête de la Reine. Un évènement qui rassemble chaque année 700 000 à 800 000 personnes. 

Peter Vandermeersch, rédacteur en chef du NRC Handelsblad (un Belge qui a travaillé autrefois comme rédacteur en chef général de De Standaard et Het Nieuwsblad/De Gentenaar) précise que "c'est un grand jour de fête. C'est clair qu'ici à Amsterdam tout le monde est dans la rue. C'est un pays qui aime sa royauté".

Il souligne "le boulot remarquable" effectué par la Reine et l'absence de scandale autour de sa personnalité. Selon lui, son fils, Willem Alexander, est aujourd'hui "assez populaire" et Maxima, son épouse depuis 2002, joue un rôle important dans cette popularité.

"75% des Néerlandais sont en faveur de la famille royale", rappelle Mathieu Van Winckel. Il y a aussi "10% de républicains qui préfèreraient un autre modèle d'Etat". Et de préciser que cette image est largement construite, "la famille royale est très active pour construire cette image".

Il y a deux semaines, une interview du couple royale a d'ailleurs marqué les gens vu la simplicité du couple.

Une nation avant maison royale

Une historienne de l'université d'Amsterdam rappelle que la monarchie aux Pays-Bas n'est pas tellement ancienne (1814). Avant, c'était "une nation qui avait un sentiment national important". Quant à la couleur orange elle vient de la Maison d'Orange-Nassau.

Pour elle, même si la maison royale ne joue plus vraiment de rôle politique en tant que tel, son rôle reste important dans ce pays. "C'est une machine qui marche".

Un pouvoir diminué

Une machine à communiquer qui a accepté que l'on diminue son pouvoir. L'année dernière, rappelle Mathieu Van Winckel, la constitution a été modifiée aux Pays-Bas. Désormais, "le rôle du roi et de la famille royale est une présence dans la vie politique mais c'est tout, il n'a plus de pouvoir réel. Aujourd'hui, la formation du gouvernement ne passe plus par la vision du Roi, le formateur ne doit plus faire de rapport devant le Roi".

Laurent Chambon, sociologue et politologue français, enseigne aux Pays-Bas, il explique : "Le Roi au Pays-Bas a un espace politique qui lui est alloué par les politiques eux-mêmes, donc ce n'est pas vraiment la loi qui lui autorise, c'est plutôt l'espace qu'on lui donne et surtout, il y a quelques personnes qui se demandent si on ne devrait pas à nouveau redevenir une république. Mais pour l'instant, comme ils se sont plutôt illustrés par leur racisme et leur homophobie, ils ne sont pas très populaires. Les républicains n'ont pas joué très finement et la plupart sont royalistes".

Vers une monarchie protocolaire ?

"Willem Alexander a déclaré qu'il n'était pas un fétichisme du protocole, ce qui a fait jaser", ajoute ce professeur. Mais il précise que parallèlement, des discussions sont en cours aux Pays-Bas où le rôle stabilisateur de la monarchie est évoqué alors que la situation politique du pays est chaotique depuis quasiment une vingtaine d'années. "On se dit qu'Alexander pourrait aussi jouer ce rôle".

Maxima, "la locomotive royale"

L'épouse de Willem Alexander, Maxima, on l'a dit, joue un rôle important dans la popularité de son époux. Cette fille d'un secrétaire d'Etat argentin est une véritable "locomotive royale", affirme Mathieu Van Winckel. Un propos appuyé par Peter Vandermeersch, rédacteur en chef du NRC Handelsblad. Selui lui, Maxima parle parfaitement le néerlandais et elle donne une importante crédibilité à Willem Alexander. Il compare avec la princesse Mathilde qui pour lui, même si elle parle bien le néerlandais, "a du mal à s'intégrer aussi bien en Flandre. On pensait que Mathilde jouerait ce rôle, mais ce n'est pas le cas". Ici, dit-il, on ne se demande pas si Willem Alexander est prêt pour la fonction.

Les Néerlandais de plus en plus eurosceptiques

S'ils sont majoritairement royalistes, les Néerlandais sont aussi de plus en plus eurosceptiques, explique par ailleurs Peter Vandermeersch. "Aujourd'hui, presque plus de politique hollandais ne veut défendre l'euro". Ce qui est un peu inquiétant, dit-il, pour un pays fondateur.

C. Biourge

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK