La famille Ouïghour attend toujours la visite des diplomates belges

La famille
La famille - © Tous droits réservés

L’affaire avait fait grand bruit mi-juin lorsqu’une mère de famille ouïghour et ses quatre enfants avaient été chassés de l’ambassade de Belgique alors qu’elle attendait son visa pour retrouver son mari qui a obtenu l’asile chez nous en 2018. Ablimit Tursun, sans nouvelle des siens après cette mésaventure, avait témoigné toute son inquiétude de ne jamais les revoir, les Ouïghours étant une minorité persécutée en Chine.

Heureusement, quelques jours seulement après l’éclatement de l’affaire, lorsque la Belgique a annoncé l’envoi immédiat d’un diplomate belge dans la province du Xinjiang pour s’enquérir du sort de la maman et de ses quatre enfants, le contact a été rétabli entre M. Tursun et sa femme.

Des nouvelles rassurantes mais une inquiétude qui persiste

De source proche de la famille, on apprend qu’elle a été rapatriée avec ses enfants chez elle, dans la ville d’Ürümchi, la capitale de la Région autonome ouïghoure du Xinjiang. Depuis, elle est en contact téléphonique quotidien avec son mari qui vit à Gand, mais elle reçoit aussi quotidiennement la visite de la police chinoise qui la surveille de très près.

Une surveillance qui a pris une tournure inquiétante ces derniers jours, on aurait tenté de lui faire signer un document qui prenait la forme d’une confession pour "mise en danger de la sécurité nationale". Toujours selon une personne proche de la famille, les autorités chinoises ont fouillé le domicile familial, confisqué tous les objets électroniques et c’est le contenu d’un disque dur prétendument saisi à cette occasion qui lui est désormais reproché par la police chinoise.

Les affaires étrangères n’ont pas abandonné le dossier

La famille Tursun espère toujours obtenir un jour l’autorisation de regroupement familiale en Belgique qu’ils essayent d’avoir depuis mai 2018. Ils attendent aussi toujours la visite des diplomates belges, annoncée par le ministre des affaires étrangères Didier Reynders quelques jours après l’incident à l’ambassade belge à Pékin.

Cette rencontre est toujours d’actualité selon le porte-parole adjoint du ministère des affaires étrangères, Karl Lagatie. "On est occupé à régler les modalités avec les autorités chinoises", nous a-t-il expliqué. Il ajoute que le plan des affaires étrangères a changé une fois que le contact a pu être rétabli entre Ablimit Tursun et sa femme, "Il n’y avait plus de raison de se précipiter une fois que nous avons eu confirmation qu’ils étaient rentrés chez eux".

En attendant, la mobilisation prend forme chez nous. L’association des Ouïghoures de Belgique a lancé une pétition demandant la réunification en Belgique de la famille Tursun. Elle a été signée par plus de 1200 personnes sur le site change.org.

La famille Ouïghoure avait fait l'objet d'un reportage dans notre JT le 15 juin dernier:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK