La disparition des abeilles en colloque à Gembloux

En Belgique, alors que les pertes étaient estimées à 17% en 2004, elles approchent 30% en 2013.

La mortalité des abeilles a des conséquences sur la pollinisation et la production de fruits et légumes à l'échelle mondiale. "Prenons par exemple le petit-déjeuner. Sans les abeilles, il n'y aura plus de confiture, de miel, de jus de fruits, de fruits, ou de fruits secs. Cela touche aussi la biodiversité puisque les abeilles participent à la fécondation des plantes. Sans cette fécondation, toute la diversité végétale sera modifiée", a expliqué Bach Kim Nguyen, de l'unité d'Entomologie d'Agro-Bio Tech, fondateur de Beeodiversity.

Les causes de cette mortalité sont multiples. Il y a notamment le manque de nourriture, les maladies et les facteurs environnementaux. "Pour travailler sur ces facteurs, la recherche est indispensable. Il faut des méthodologies et des outils performants comme la biologie moléculaire, la microbiologie, la chimie analytique", a ajouté M. Nguyen.

Plusieurs experts venus d'Afrique, d'Asie, d'Europe et d'Amérique ont évoqué la mortalité de l'abeille domestique à travers le monde. Les informations de cette journée seront transmises demain/mercredi aux politiques lors d'un colloque au Parlement européen à Bruxelles pour envisager des solutions concrètes.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK