La dette grecque: réunion extraordinaire des pays de la zone euro

La dette grecque : réunion extraordinaire des pays de la zone euro
La dette grecque : réunion extraordinaire des pays de la zone euro - © Emmanuel Dunand

Le Parlement grec a voté la confiance au nouveau gouvernement ce mardi soir. L'occasion pour Alexis Tsipras de redire qu'il n'était pas question de prolonger le programme actuel d'aide et aussi de partager son optimiste sur la possibilité de parvenir à un accord dans le cadre européen. Ce mercredi soir, à l'occasion d'une réunion extraordinaire des pays de la zone euro, Yanis Varoufakis, le ministre grec des Finances, ne manquera pas de redire sa position.

Les Européens eux n'en démordent pas, ils ne financeront plus la Grèce sans ces mesures. La confrontation paraît inévitable entre la Grèce qui veut à tout prix négocier un allègement de sa dette et une Allemagne soucieuse de préserver l'orthodoxie budgétaire dans l'Union.

Le programme d'assistance de la Grèce prend fin début mars

Officiellement la Grèce ne veut plus en entendre parler, "les mesures prônées par la Troïka ne fonctionnent pas", dit la Grèce, qui ne veut plus voir la Troïka, ces représentants de la Banque Centrale européenne, du Fond monétaire international et de la Commission européenne. Mais la Grèce a besoin d'argent frais et sans la caution des Européens, les marchés ne lui feront pas crédit. Elle réclame donc une sorte de crédit relais qui lui permette de faire face à ses obligations jusqu'en septembre. D'ici là, dit la Grèce : "Nous mettrons en place un plan complet de redressement du pays, un plan qui mettrait l'accent sur la lutte contre l'évasion fiscale, une modernisation des structures de l’État et une meilleure répartition de l'effort en Grèce". Tout ce que les européens réclament en vain depuis des années aux différents gouvernements grecs.

Mais les Européens mettent leurs conditions

Mais pour les Européens, il est impossible de prêter de l'argent aux Grecs sans conditions, il faut que les efforts budgétaires se poursuivent strictement. C’est donc un dialogue de sourds qui s’installe, normal dans une phase de pré-négociations. Ce mercredi soir, place au premier tour d'observation entre Ministres de la zone euro. Et puis, jeudi lors du premier Sommet européen de Alexis Tsipras, aucun accord à attendre. Lundi prochain, une nouvelle réunion des Ministres de la zone euro est à l’agenda, c'est à ce moment précis que les Grecs et Européens devront décider si et à quelles conditions les Européens maintiennent leur soutien à la Grèce.

Anne Blanpain

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK