La Coupe du monde, bonne pour le tourisme en Russie? Pas forcément

Vue sur le Kremlin depuis le pont Bol'shoy Moskvoretskiy
15 images
Vue sur le Kremlin depuis le pont Bol'shoy Moskvoretskiy - © RTBF

La Russie, terre de tourisme, attire chaque année ses cohortes de visiteurs. Moscou, la capitale, espère bien en capter jusqu'à 21 millions en cette année 2018, misant même sur un million rien que pour la Coupe du monde. Des supporters avant tout, présents sur le territoire pour quelques matchs. Il faut dire que la chute du rouble a rendu la visite à la place Rouge et aux autres merveilles moscovites très abordable.

La Coupe du Monde ne serait pas forcément une bonne affaire

Mais à bien écouter les professionnels du secteur, la Coupe du monde ne serait pas forcément une bonne affaire et aurait même plutôt un effet néfaste sur le tourisme. Attention, en effet, depuis plusieurs mois à la flambée des prix – phénomène qui serait même amplifié durant la Coupe du monde. Billets d'avions, nuitées d'hôtels et tarifs des taxis et autres minibus... Tout y passe.

À Moscou, nous avons ainsi rencontré Gilles Chenesseau, directeur commercial de l'agence "Tsar Voyages Moscou", spécialisée dans les touristes francophones : "Face à cette flambée des prix, je dois dire que l'on a un peu conduit nos touristes habituels qui nous faisaient des demandes pour cette période Coupe du monde sans être forcément intéressés par le football à reporter leur voyage, de venir avant si possible, sinon de venir plutôt après", raconte-t-il.

"Et d'ailleurs, de manière générale, on a constaté que beaucoup de touristes standards décidaient de reporter purement et simplement leur voyage à l'année prochaine. Ce qui nous laisse entrevoir une excellente année 2019 de manière générale, car on peut aussi s'attendre à l'effet positif de voir la Russie présentée au travers de la Coupe du monde sous son meilleur jour dans une série impressionnante de reportages en télévision ou en radio à l'occasion même de la compétition sportive. D'ici un an, deux ans, voire trois ans, ça va encore augmenter l'intérêt pour la Russie", estime Gilles Chenesseau

En attendant, il faut gérer la situation actuelle de flambée des prix et en tenir compte dans les devis à offrir aux touristes qui voudraient maintenir leur déplacement. La situation est particulièrement criante à Moscou, même s'il reste des hôtels "bon marché" à condition de s'éloigner du centre-ville...

Le président russe Vladimir Poutine avait pris, il y a plusieurs mois, un oukaze pour empêcher la flambée. En vain. Les hôtels notamment contournent les règlements. Ainsi il n'est pas rare de voir soudain des petits déjeuners aussi chers que le prix d'une chambre, l'air de rien...

"Les prix ont tout de même beaucoup augmenté : sur les hôtels 5 étoiles, on est sur du 1500-2000 euros la nuit, sur du 4 étoiles 400-500 euros la nuit, sur du 3 étoiles (soit la majorité des hôtels de Moscou), c'est du 200-300-400 euros la nuit selon leur emplacement, précise Laurent Fontaine, "chargé Coupe du monde", pour l’agence Tsar Voyages. Ceci alors qu'habituellement, juin-juillet, c'est la basse saison ici. Là, maintenant, on oublie."

Le meilleur pour le tourisme serait donc à venir selon les professionnels

Le meilleur pour le tourisme serait donc à venir selon les professionnels. Mais, côté russe, on s’organise en découvrant des supporters plus curieux que prévus. "Je suis en effet très agréablement surprise de voir que je reçois des demandes de supporters qui veulent, à côté de leurs matchs, découvrir la ville, les musées, la culture russe... Je ne m'y attendais pas vraiment, c'est une très bonne surprise et je trouve ça fabuleux", confie Inna Doulkina, guide et cogérante de l’agence Da Russie. 

Face aux soucis de logements, notamment dans la capitale russe, il y a des "plans B", autant le savoir. Ainsi, des Moscovites choisissent de louer leur appartement.

"En effet, pour certains, c'est littéralement une aubaine, car ils peuvent ainsi espérer gagner beaucoup d'argent. Et les touristes supporters disent oui, même si c'est plutôt cher, commente Inna Doulkina. Un appartement se loue en moyenne 200 euros la nuit. En une semaine, un Moscovite peut engranger deux mois du loyer qu'il paie habituellement à son propriétaire."

Attention cependant, les impôts veillent : le fisc russe a déjà prévenu les heureux locataires qu’ils ne devraient pas oublier de déclarer leurs nouvelles rentrées d’argent…

Appartement à louer

La location d’appartements de Moscovites, Katia Simareva s’en charge. Elle compte pas moins de 270 appartements dans sa clientèle. Avec l’impression que les Moscovites ont flairé la bonne affaire et surtout veulent quitter la ville pendant la Coupe, craignant contrôles de sécurité renforcé et congestion dans les transports, routes ou métros.

Selon certaines estimations, 70% des Moscovites partiraient à la campagne ou en vacances pendant la Coupe. "Ce sont des gens qui savent qu'il y a la Coupe, qu'ils peuvent gagner de l'argent. Ils vont partir à la datcha ou en vacances pendant 45 jours parce qu'ils savent qu'à la clé ils peuvent récolter 5 ou 10 fois leur loyer normal. Par exemple, au lieu de 50.000 ce sera 500.000 roubles" (soit 7000 euros le mois, ndlr).

Alors, concrètement, louer un appartement, comment cela fonctionne ici ? "On collabore avec des compagnies étrangères, des agences de tourisme, des médias sportifs, on fait aussi de la publicité sur le net."

"Dites-nous ce que vous voulez, où et dans quel quartier. Et nous on cherche les appartements qui conviennent. Je contacte le propriétaire, les gens viennent et c'est tout. Après on s'occupe du transport, on accueille les gens dès l'aéroport, on donne des informations sur la ville, on propose même des visites guidées si nécessaire."

Le tout forcément avec une petite commission à la clé. On l'aura compris, le citoyen russe aussi espère bien profiter de la Coupe du monde à sa façon...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK