La corruption en Roumanie: scandale au plus haut sommet de l'État

La corruption en Roumanie: scandale au plus haut sommet de l'État
4 images
La corruption en Roumanie: scandale au plus haut sommet de l'État - © RTBF

Dans une résolution adoptée ce mardi, le Parlement européen dénonce la réforme judiciaire en cours dans le pays. Cette réforme, lancée par le gouvernement social-démocrate au pouvoir depuis 2016, menacerait l'indépendance de la justice. Elle freinerait également la lutte contre la corruption, un phénomène très répandu en Roumanie. 

Mobilisation inédite depuis près de 30 ans

Longtemps tolérée par la population, la corruption opérée par des hommes politiques provoque désormais des soulèvements citoyens. Depuis le retour des sociaux-démocrates au pouvoir en 2016, le gouvernement fait tout pour dépénaliser certains délits de corruption. Résultat, des centaines de milliers de Roumains descendent régulièrement dans les rues. Une mobilisation inédite depuis près de 30 ans, avec la fin du communisme et la chute de Ceausescu.

Comme le 10 Août dernier à Bucarest, sur la place de la Victoire : ce soir-là, ils étaient des centaines de milliers de Roumains à défiler. Ils réclamaient la démission du gouvernement. Le point de départ de ce mouvement, c’est l’adoption d’une loi votée en pleine nuit quelques semaines plus tôt. Il s’agit d’un décret voté sans débat contradictoire qui met à l’abri de la justice certains responsables politiques pourtant empêtrés dans des affaires de pots-de-vin.

Scandale des Teleormanleaks

Mais, le plus gros de ces scandales a éclaté il y a quelques jours: le "Teleormanleaks". Teleorman, c’est une région roumaine, située à une centaine de kilomètres de la capitale. C’est là que se trouve la société Teldrum active dans la construction et l’entretien de différentes routes. La structure était publique, elle est devenue privée. Le problème, c’est que des millions d’euros auraient été détournés. De l’argent public roumain et des fonds européens.

Elena Dumitru est lanceuse d’alerte et travaille pour "Rise Project", une ONG qui a mené l’enquête pendant plusieurs mois."Nous avons aujourd’hui les preuves que la construction de nouvelles routes a été surfacturée. Tout a été fait grâce à la constitution d’un groupe influent d’hommes d’affaires et d’hommes politiques qui leur permettaient d’obtenir la majorité des marchés publics. Le préjudice est énorme. Il est d’au moins 60 millions d’euros."

Des révélations publiées cette semaine après que les lanceurs d’alerte aient mis la main sur une valise retrouvée à quelques pas de l’entreprise: "Dans cette valise, on a retrouvé des centaines de documents, des photos, des clés USB et des noms. Dont celui que nous recherchions depuis longtemps : Liviu Dragnea.", explique Elena Dumitru.

Dragnea dans l’œil du cyclone

Dragnea devient préfet du département de Teleorman en 1996, gravit les échelons dans le monde politique, devient député en 2012 et président du Parti Social-Démocrate (PSD) en 2013. En 2016, après la victoire de son parti, le Roumain se voyait Premier ministre. Or, la loi roumaine est claire : il est interdit à un condamné pénal d’occuper un poste de haut fonctionnaire. Inquiété et déjà condamné pour fraude électorale et pour abus de pouvoir de pouvoir dans un autre dossier, il nie pourtant toute implication dans le dossier des "Teleormanleaks".

Mais l’homme est puissant et surtout influent. Toujours à la tête du parti social-démocrate, le parti majoritaire en Roumanie, l’homme ne craint pas la justice."Le problème pour lui, c’est que nous avons la preuve qu’il a placé ses amis à la tête de la société et qu’ils partaient tous en vacances au Brésil ou allaient ensemble à la chasse.", poursuit Elena Dumitru.

Le collectif de lanceurs d’alerte promet d’autres révélations dans les prochains jours. Mais, la société Teldrum contre-attaque et leur demande désormais de livrer leurs sources et les menace de leur réclamer 20 millions d’euros de dommages et intérêts.

Des menaces, Carmen Dumitrescu, une journaliste locale, en a aussi reçues. "Lorsque j’ai enquêté sur les liens entre Teldrum et Dragnea, je me suis fait suivre plusieurs fois par une voiture de la société, le soir en rentrant chez moi. C’est dangereux mais c’est notre devoir d’enquêter et de révéler leurs actes de corruption.

"L’État de droit n’est plus respecté "

Des menaces, certains juges et procureurs en subissent aussi. Il y a quelques mois, la cheffe du parquet anti-corruption Laura Kövesi a été limogée à la suite de la demande du ministre de la défense. Trop dérangeante pour le pouvoir en place ? Peut-être.

Lucia Zaharia est juge et membre du forum des juges roumains: "Les pressions sont insidieuses. Certains de mes collègues doivent désormais répondre à des enquêtes disciplinaires avec le risque d’être muté vers un autre service ou une autre région. On se sent désormais épié et notre indépendance est en danger."

Celle qui est membre du Forum des juges roumains insiste et est bien consciente qu’elle prend des risques en nous rencontrant: "C’est terrible mais l’État de droit n’est plus respecté dans notre pays. Aujourd’hui, les procureurs ont désormais conscience d’être soumis au ministre, ce qui limite leur indépendance ", s’inquiète Lucia Zaharia.

Virée de l’hôpital pour avoir dénoncé la corruption

En Roumanie, la corruption ne s’opère pas qu’au sommet de l’État. Elle est aussi présente dans la vie quotidienne. Dans les hôpitaux publics, il n’est pas rare de devoir payer pour pouvoir être pris en charge. Sans ce petit coup de pouce financier imposé, impossible d’être reçu pour une consultation ou d’être opéré, par exemple.

Des enquêtes pénales sont d’ailleurs en cours dans plusieurs hôpitaux du pays. Infirmiers, médecins et même directeurs d’hôpitaux: le système de santé publique serait totalement corrompu. C’est en tout cas ce que Mariana, infirmière pendant 24 ans, a récemment dénoncé dans le plus grand hôpital public du pays. Elle a filmé et raconté son quotidien et elle en a payé le prix fort: elle vient d’être remerciée. 


Je ne regrette rien. Il faut montrer que certains directeurs d’hôpitaux s’arrangent avec les sociétés pour acheter des lits qui ne serviront pas mais qu’en contrepartie de ces achats, ils toucheront des commissions.
— Mariana, infirmière


L’activiste Florin Badita, élu personnalité européenne de l’année, dénonce aussi la corruption présente dans le secteur hospitalier: "Il y a trois ans, un incendie s’est déclaré dans une boîte de nuit. Plus de 30 personnes sont mortes à l’intérieur. Mais, plus d’une trentaine d’autres victimes sont décédées ensuite, après leur transfert à l’hôpital parce que les hôpitaux n’avaient pas les moyens mais surtout parce qu’une société qui avait vendu les désinfectants s’était arrangée pour vendre un produit désinfectant dilué près de dix fois. Il ne leur coûtait donc rien à produire mais ils le revendaient au prix fort. Ils ont la mort de plusieurs personnes sur la conscience." Le patron de la société s’est d’ailleurs suicidé, à la suite de la divulgation du scandale.  

"J’ai mis de l’argent sous la table"

La corruption serait-elle présente à tous les étages de la société ? Oui, à en croire Alain Schodts, patron d’une société spécialisée dans la logistique: "C’est difficile à imaginer mais les Roumains ont cela dans le sang. Pour nous, il s’agit de corruption mais pour eux, cela paraît tout à fait normal de payer pour avoir des documents plus rapidement. C’est d’ailleurs ce que j’ai fait dans le cadre de mes activités. Je devais normalement attendre quatre semaines avant d’obtenir les papiers nécessaires pour faire rouler mes camions. J’ai mis de l’argent sous la table et j’ai obtenu les documents dans la journée" explique celui qui est aussi directeur de la chambre de commerce belgo-roumaine.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK