Nouvel essai nucléaire: Pyongyang affirme que sa bombe H peut être montée sur un missile

La Corée du Nord a réalisé dimanche un sixième essai nucléaire, a confirmé le gouvernement japonais après que des agences géologiques ont enregistré une "explosion" de magnitude 6,3 près de son principal site de tests atomiques.

Pyongyang a affirmé qu'il s'agissait d'une bombe H - c'est à dire plus puissante qu'une bombe atomique - et ajouté que cette bombe pouvait être installée sur le nouveau missile balistique intercontinental dont dispose le régime nord-coréen.

>>> Les étapes-clés des programmes balistique et nucléaire de la Corée du Nord

Selon la télévision officielle nord-coréenne, cet essai est une "réussite totale". Il ne manquera pas d'aggraver des tensions déjà très fortes sur la péninsule divisée.

Absolument inacceptable

Le dernier essai nucléaire nord-coréen date de septembre 2016. Il avait été le plus puissant des cinq tests conduits par Pyongyang depuis 2006.

Ce dernier essai a été vivement condamné  par la Chine, la Russie la France ou encore le Japon. Cet essai est "absolument inacceptable", a ainsi déclaré le Premier ministre japonais Shinzo Abe. 

Une confrontation nucléaire

Pour Yang Moo-Jin, de l'Université des études nord-coréennes à Séoul, l'information diffusée dimanche par l'agence KCNA "constitue un message stratégique". Elle signifie que Pyonyang "veut pousser à une confrontation nucléaire avec les Etats-Unis en tant qu'égal", a-t-il déclaré à l'AFP.

La direction nord-coréenne estime que la possession d'une dissuasion nucléaire crédible est indispensable à la survie de la nation, menacée en permanence selon elle par l'agressivité des Etats-Unis.

>>> Qui est donc Kim Jung-Un, leader nord-coréen?

Bien qu'étant sous le coup de sept séries de sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU en raison de ses programmes nucléaire et balistique, le régime entend poursuivre ces activités.

Renforcer la coopération 

Les États Unis et le Japon se sont mis d'accord samedi déjà pour renforcer leur coopération. Le premier ministre Japonais Shinzo Abe et Donald Trump ont rappelé l'importance de cette coopération face aux menaces croissantes de la Corée du nord.

Plus de 60 ans après la fin de la guerre de Corée (1950-53), la Corée du Nord se sert de la menace supposée représentée par les Etats-Unis pour justifier son programme d'armements nucléaires.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK