La contrebande de pétrole de l'EI vers la Turquie est "insignifiante"

La contrebande de pétrole de l'EI vers la Turquie est "insignifiante"
La contrebande de pétrole de l'EI vers la Turquie est "insignifiante" - © Tous droits réservés

La quantité de pétrole introduite en contrebande vers la Turquie depuis des zones contrôlées par le groupe Etat islamique en Syrie est économiquement "insignifiante", a estimé Washington vendredi après des accusations de la Russie affirmant qu'Ankara profite de ce commerce illégal.

"La quantité de pétrole introduite en contrebande est extrêmement faible, a décru avec le temps et est insignifiante en terme de volume, à la fois en volume de pétrole et en volume de revenus", a indiqué Amos Hochstein, coordinateur sur les questions d'énergie à l'international au sein du département d'Etat américain.

Des responsables américains ont expliqué que la campagne de bombardements aériens a considérablement endommagé les infrastructures pétrolières des djihadistes qui contrôlent de larges pans de territoires en Syrie et en Irak. Le pétrole extrait par l'EI, ajoutent-ils, est de toutes façons largement utilisé en Syrie.

La Russie accuse depuis plusieurs jours la Turquie de tirer profit de la contrebande d'or noir en provenance des djihadistes, allant même jusqu'à porter des accusations qui visent directement le président Recep Tayyip Erdogan et sa famille. La poussée de fièvre sur ce sujet vient alimenter la tempête diplomatique entre les deux pays, née le 24 novembre lorsque l'aviation turque a abattu un bombardier russe à sa frontière syrienne.

La diplomatie américaine avait démenti mercredi les accusations russes visant sans "aucune preuve" le président turc et sa famille. Certes, ont reconnu des responsables américains vendredi, de petites quantités de pétrole passent la frontière turco-syrienne dans des camions-citernes, mais pas dans des proportions qui peuvent intéresser aux plus hauts niveaux de l'Etat.

Le pétrole est plutôt raffiné avant d'être revendu sur le marché noir dans les zones de guerre en Syrie et en Irak. La contrebande pétrolière représente l'une des principales sources de financement de l'organisation ultra-radicale, qui en tire, selon des estimations, 1,5 million de dollars de revenus par jour.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK