La consommation alimentaire mondiale devrait augmenter de 80% d’ici 2100

D’après une étude de l’Université de Göttingen en Allemagne publiée dans la revue Plos One, les besoins caloriques de la population mondiale devraient s’accroître de 80% d’ici la fin du siècle. Une hausse qui serait logiquement liée à la croissance de la démographie mais aussi à une augmentation globale de la taille des humains et une augmentation prévue de leur IMC (indice de masse corporelle).

L’étude, réalisée par une équipe de l’Université de Gottingen, estime que 60% de l’augmentation des calories serait d’abord la conséquence de la croissance démographique. Selon les projections de l’ONU, la population mondiale devrait passer de près de sept milliards en 2010 à près de 11 milliards en 2100.

Pourtant, plus de 18% de l’augmentation de la consommation de calories par rapport aux niveaux de 2010 serait due à un autre facteur : une augmentation prévue de la taille et du poids de la population mondiale.

2 images
Estimations des besoins globaux en calories jusqu’en 2100 selon les quatre scénarios avancés par les auteurs de l’étude. © 2019 Depenbusch, Klasen.

Deux grosses bananes supplémentaires ou une portion de frites

Pour arriver à cette estimation de l’augmentation de 18% de la consommation alimentaire sur base de l’évolution physique des humains, les chercheurs ont étudié des évolutions morphologiques de plusieurs populations.

Par exemple, en 2010, sept Mexicains sur dix étaient en surpoids et un tiers obèse selon des spécialistes. Les Hollandais, quant à eux, grandissent de plus en plus chaque année. En moyenne, ils mesurent 175,62 cm (182,53 pour les hommes et 168,72 pour les femmes). Ainsi, entre 1914 et 2014, leur taille a augmenté de 13,1 cm. "Les développements dans ces pays sont très prononcés, mais ils représentent un scénario réaliste", explique le coauteur de l’étude Lutz Depenbusch.

D’autres études, menées notamment par l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) avancent que les Hommes deviennent plus gros et plus grands chaque année.

"L’augmentation de l’énergie moyenne nécessaire par jour augmentera de 253 kcal par personne entre 2010 et 2100 selon nos estimations, en supposant une augmentation de l’IMC et de la taille", selon Lutz Depenbusch.

Cette augmentation du besoin en termes de calories est estimée à 253 calories, soit l’équivalent de deux grosses bananes ou une portion de frites à ajouter au menu quotidien.

Risque d’une plus grande inégalité entre pays riches et pays pauvres

Au-delà de l’aspect chiffré de l’étude, les auteurs lancent un avertissement : ne pas répondre au besoin croissant de calories pourrait entraîner de plus grandes inégalités dans le monde.

Le doctorant allemand indique à la BBC : "À l’échelle mondiale, nous calculons que l’effet de l’augmentation de l’IMC et de la taille dans notre modèle conduirait à des besoins caloriques supplémentaires qui correspondent aux besoins 2010 de l’Inde et du Nigeria combinés."

Selon les projections de ces chercheurs leur modélisation suggère que les nations subsahariennes seraient les plus touchées par une telle augmentation des besoins mondiaux futurs en calories. Ils expliquent que la région connaît déjà une forte augmentation des besoins en calories, car elle connaît un taux de croissance démographique rapide.

Cette demande croissante de nourriture au niveau mondial devrait entraîner une augmentation globale des prix des aliments. Les chercheurs avertissent qu’un échec de la politique alimentaire mondiale à prendre en compte cette augmentation de la demande en calories pourrait exacerber les inégalités alimentaires et économiques.

Alors que les pays riches seraient en mesure d’absorber ces augmentations, les pays plus pauvres auraient du mal à le faire, ce qui entraînerait une aggravation de la malnutrition.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK