La Chine simule en vidéo l’attaque d’une base américaine : "Une première", "C’est la diplomatie du loup combattant"

La vidéo est digne d’une superproduction hollywoodienne. Intitulée "Le dieu de la guerre H-6K passe à l’attaque !", elle montre des bombardiers décollant d’une base située dans une zone désertique, avec en fond sonore une musique.

C’est l’armée de l’air chinoise qui a diffusé ce week-end cette vidéo montrant des bombardiers H-6 à capacité nucléaire effectuant une simulation d’attaque sur une base militaire qui ressemble à celles des Etats-Unis à Diego Garcia (océan Indien) et Guam (océan Pacifique). On y voit ensuite un pilote tirer un missile sur une piste d’atterrissage non identifiée, puis une photo satellite montrant une base dont le plan semble identique à celui d’Andersen.

"Nous sommes les défenseurs de la sécurité aérienne de la patrie. Nous avons la mission et la capacité de toujours défendre la sécurité du ciel de la patrie", a écrit l’armée de l’air chinoise dans le descriptif de la vidéo.

Avec des extraits de films d’action américains

La vidéo suscite l’étonnement des internautes car elle intègre des extraits de films d’action américains comme "Transformers" ou "Rock". "On fait la promotion d’un avion militaire fabriqué en Chine avec des extraits de blockbusters fait aux Etats-Unis", déplore consterné un utilisateur chinois de Weibo. "C’est une vidéo promotionnelle chinoise. Pourquoi on n’utilise pas nos propres images ?", s’interroge un autre, au diapason du ton général des commentaires.

3 images
Capture d’écran d’une vidéo de simulation d’attaque chinoise sur ce qui semble être la base aérienne américaine d’Andersen, sur l’île de Guam, dans le Pacifique. © Reuters – 21 septembre 2020

Cela montre que Pékin est très énervé dans les relations avec Washington

Cette vidéo de menace à caractère militaire illustre de manière inquiétante la montée des tensions sino-américaines selon Thierry Kellner, chargé de cours à l’ULB, spécialiste de la politique étrangère chinoise et titulaire de la "Mini-Chaire Chine". "C’est une première à ma connaissance, je ne vois pas d’autres exemples dans le passé. La Chine a déjà réalisé d’autres vidéos pour intimider Hong-Kong, mais pas de vidéo simulant une attaque sur Guam, qui est stratégique dans le dispositif de sécurité américain." Guam abrite d’importantes installations militaires américaines qui seraient essentielles en cas de conflit dans la région Asie-Pacifique.

"Cela montre que Pékin est très énervé dans les relations avec Washington et très fâché du rapprochement américain avec Taiwan." Les images ont été mises en ligne samedi sur le compte Weibo de l’armée de l’air, alors que les forces chinoises procédaient à des manœuvres entamées la veille près du détroit de Taiwan, à l’arrivée à Taipeh d’un membre du département d’Etat américain. C’est la première fois depuis 40 ans qu’un dirigeant américain d’un rang aussi élevé se rend sur l’île, que Pékin considère comme une partie intégrante du territoire chinois.

"L’administration Trump, d’un point de vue chinois, joue avec des lignes rouges : annonce de vente d’armes à Taiwan et rencontre avec des officiels américains. Cela ne s’était pas vu avec autres administrations." Cela inquiète la Chine, d’autant plus que "l’administration taïwanaise est très indépendantiste. Les relations ne sont pas bonnes avec la Chine."

La vidéo est une forme de mise en garde : si Washington va trop loin, Pékin ne se laissera pas faire.

Les Etats-Unis sont dotés d’un dispositif antimissile et ont la capacité de se défendre, mais "La vidéo est une forme de mise en garde : si Washington va trop loin, Pékin ne se laissera pas faire. Les Chinois veulent montrer leurs capacités de représailles sur une base militaire qui géographiquement est loin des Etats-Unis géographiquement et proche de la Chine.

3 images
Capture d’écran d’une vidéo de simulation d’attaque chinoise sur ce qui semble être la base aérienne américaine d’Andersen, sur l’île de Guam, dans le Pacifique. © Reuters – 21 septembre 2020

"La diplomatie du loup combattant" de la Chine

Depuis le début de la crise du Covid-19, Pékin développe une "diplomatie du loup combattant" selon Thierry Kellner. "La Chine est très agressive dès qu’elle est mise sur la sellette. Les diplomates chinois font des commentaires agressifs au lieu de faire profil bas. Ainsi, la diplomatie chinoise en France n’hésite pas à critiquer la politique française dans la crise sanitaire. En Suède, l’ambassadeur a affirmé que la Chine traite ses amis avec du vin fin et ses ennemis avec des fusils. Et le ministère des affaires étrangères chinois utilise la même rhétorique."

Comment dès lors interpréter cette posture chinoise ? Il y a deux hypothèses opposées selon le spécialiste. Soit Pékin se sent fort sur la scène internationale : "Alors c’est la démonstration d’une Chine sûre d’elle-même et qui devient donc arrogante par rapport à une Europe affaiblie par le Covid-19, Trump en position de faiblesse dans les sondages en vue de l’élection présidentielle et des Etats-Unis divisés" ; soit la Chine ressemble plus à un animal blessé : "Alors elle est plutôt sur la défensive, utilise ces moyens pour faire peur. Pour cacher des signes de faiblesse, elle crie plus fort. La Chine est aussi en difficulté dans sa reprise économique et continue de dépendre des exportations. Par ailleurs, elle peut aussi vouloir détourner l’attention vers l’extérieur par rapport à des problèmes internes".

Quelle réaction attendre des Etats-Unis ?

Dans le cadre de campagne électorale américaine, "Cette vidéo pourrait être utilisée par le candidat Donald Trump pour faire de la surenchère ; mais cela peut être dangereux comme attitude car le climat est déjà tendu."

Et côté démocrate ? "Ce sera intéressant d’observer la réaction des démocrates. Ceux-ci considèrent que la Chine pose problème, mais pourraient ne pas vouloir alimenter les tensions."

Etats-Unis et Chine : des relations qui se dégradent

Les relations entre la Chine et les Etats-Unis sont au plus bas ces derniers mois en raison de plusieurs points de friction : commerce, Hong Kong, Ouïghours musulmans, Huawei ou encore l’application de vidéos TikTok.

Les tensions militaires sont également vives avec le passage régulier de navires de guerre américains en mer de Chine méridionale pour y contester les revendications chinoises. De son côté, la Chine a organisé la semaine dernière des exercices militaires près de Taïwan, en réponse à la visite d’un haut responsable américain sur cette île revendiquée par Pékin mais administrée par un régime rival depuis plus de 70 ans.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK