La Catalogne veut vivre sa vie hors de l'Espagne

Artur Mas, président de la Catalogne
Artur Mas, président de la Catalogne - © JOSEP LAGO (AFP)

Artur Mas, le président de cette région espagnole était à Bruxelles mercredi matin et il est venu expliquer pourquoi il avait convoqué des élections anticipées dans sa communauté autonome le 25 novembre et pourquoi il envisageait l'indépendance de sa région.

En septembre, plus d'un millions de Catalans étaient descendus dans les rues de Barcelone pour réclamer l'indépendance de la région.

"Si les partis catalans pro-indépendance remportent clairement le scrutin du 25 novembre, alors nous déciderons d'aller plus loin. Nous lancerons dans les 4 ans qui viennent, une consultation sur l'indépendance de notre région". Le président catalan le répète en catalan, en espagnol et en anglais: il veut un dialogue avec le pouvoir central espagnol. La consultation se fera dans le cadre légal espagnol, espère-t-il mais si ce n'est pas possible, "nous le ferons dans le cadre d'une loi catalane". Il ne veut pas expliquer à quelle échéance il envisage l'indépendance de la Catalogne, ni quelle organisation politique sera retenue par la Catalogne. En revanche, une chose est claire pour lui, la Catalogne sera de plein droit membre de l'Union comme les 27 Etats actuels.

Artur Mas: "nous sommes membres de l'Union. Nous remplissons tous les critères, nous payons plus à l'Europe que nous en recevons et ce, depuis le début, ce  qui n'est pas le cas de l'Espagne. Et le plus important, c'est que les Catalans veulent rester au sein de l'Union et de la zone euro"

Des déclarations qui embarrassent les Européens. L'Union n'a jamais connu de modification de ses frontières intérieures et l'exemple catalan pourrait évidemment donner des idées à d'autres, l'Ecosse et la Flandre notamment. "Nous avons des contacts avec ces régions" reconnaît le Catalan. Nul doute que les services juridiques des institutions étudient déjà les réponses à donner à une région d'Europe qui demanderait son adhésion à l'Union.

Anne Blanpain

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK