La Bosnie redoute une "escalade" en 2019 sur la route des Balkans: "C'est un problème européen"

L'Union européenne a alloué quelque 9,2 millions d'euros en Bosnie pour mettre en place des centres d'accueil des migrants, mais le pays craint une montée de réfugiés en 2019
L'Union européenne a alloué quelque 9,2 millions d'euros en Bosnie pour mettre en place des centres d'accueil des migrants, mais le pays craint une montée de réfugiés en 2019 - © ELVIS BARUKCIC - AFP

Les autorités bosniennes s'attendent à une "escalade" du nombre des migrants sur la "route des Balkans" en 2019, a déclaré le ministre de la Sécurité, Dragan Mektic, qui déplore le manque d'une "solution européenne" en la matière.

La Bosnie avait été épargnée lors de la grande vague migratoire de 2015-2016, mais s'est retrouvée sur une nouvelle "route des Balkans" au début de 2018. Ce pays montagneux, qui partage une frontière longue de mille kilomètres avec la Croatie, pays membre de l'Union européenne, a été traversé par 25.000 migrants en 2018, dont 22.000 ont quitté son territoire, a précisé Dragan Mektic, dans un entretien avec l'AFP.


►►► À lire aussi 3000 km à pied sur la route des Balkans au départ de Charleroi


Les entrées illégales se sont poursuivies début 2019 (près de 2.300 personnes en janvier et février) et quelque 3.500 personnes sont hébergées actuellement dans huit centres d'accueil, notamment dans la région de Bihac (nord-ouest), frontalière de la Croatie. Mais les autorités se préparent à une vague plus importante avec l'arrivée du printemps."Nous nous attendons à une escalade du problème des migrants, non seulement en Bosnie mais tout au long de cette route", a dit le ministre.

La Bosnie pointe l'Union européenne

Selon Dragan Mektic, qui dit se référer aux "informations" provenant d'"institutions officielles, dont certaines européennes", quelques "70.000 migrants se trouvent actuellement en Grèce, se mettent en mouvement", avec l'objectif de parvenir en Europe occidentale. Il a déploré l'incapacité de l'Union européenne à parvenir à une "solution européenne" concernant les migrants.

On a laissé ces migrations illégales perdurer

"Ce n'est pas uniquement le problème de la Bosnie, c'est un problème (...) européen. Nous voulons faire partie de la solution européenne, mais l'UE ne parvient pas à se mettre d'accord sur une solution. On a simplement laissé ces migrations illégales perdurer", a-t-il dit.

La Bosnie ne pourrait pas, a poursuivi Dragan Mektic, supporter "ni politiquement, ni économiquement" une augmentation importante du nombre de migrants, si l'UE décide de fermer encore plus la frontière entre la Croatie et la Bosnie.

L'Union européenne a alloué à ce jour quelque 9,2 millions d'euros pour aider la Bosnie à mettre en place des centres d'accueil des migrants dont la capacité est actuellement de 4.500 personnes, a précisé la délégation de l'UE à Sarajevo.

Archive: conséquences de la fermeture de la route des Balkans (07/03/2016)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK