La Belgique pourrait accueillir un plus grand nombre de réfugiés syriens

En matière d'accueil de réfugiés syriens, la Belgique fait son petit possible, mais pas beaucoup plus. Tous les réfugiés qui arrivent chez nous reçoivent un statut de protection, à quelques rares exceptions près. L'année dernière, 1854 demandes ont été acceptées et, depuis le mois de janvier, 474 dossiers ont été traités positivement.

Mais un nombre infime de Syriens parviennent jusqu'à la Belgique. Parce le trajet jusqu'ici est dangereux, et coûte cher. Seules les familles syriennes aisées peuvent se permettre le voyage.

La Belgique offre donc une autre possibilité, qu'on appelle la réinstallation. Des fonctionnaires du CGRA, le Commissariat général aux réfugiés et apatrides, vont chercher des réfugiés qui croupissent dans des camps au Liban en Jordanie ou en Turquie, sélectionnés sur base de critères fournis par le HCR, le Haut commissariat aux réfugiés.

Une goutte d'eau dans la mer

Ces réfugiés parmi les plus vulnérables sont emmenés en Belgique où ils sont pris en charge par les CPAS. L'année dernière, 150 personnes ont bénéficié de cette aide, dont 75 syriens. Et en 2015, on double ce quota, avec 300 réfugiés réinstallés, dont 225 Syriens.

C'est une goutte d'eau dans la mer, par rapport aux 4 millions de Syriens qui ont fui la guerre, dont 95% vit dans les pays limitrophes de la Syrie.

Mais a part l’Allemagne, qui applique un quota de 30 000 réfugiés syriens réinstallés, les autres pays européens ne font pas mieux. À titre d'exemple, la Suède en a accueilli 2700, la France en a pris 1000, et les Pays bas 500.

Depuis le début de la guerre en 2011, 4317 syriens ont trouvé refuge en Belgique. Et l'ensemble des pays européens en accueille 61 648.

Françoise Wallemacq

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK