La Belgique investit 9 millions d'euros dans la région du lac au Tchad

Camp de réfugiés de Silambi, Sud du tchad
Camp de réfugiés de Silambi, Sud du tchad - © Dominique Catton

Septante Etats, organisations internationales et non gouvernementales, se sont réunis ces lundi et mardi à Berlin pour évoquer la crise humanitaire dans le bassin du lac au Tchad. La Belgique a réaffirmé son soutien dans la région en octroyant une aide humanitaire de 9 millions d'euros en 2018. Ce pays, coincé entre la République centrafricaine, la Libye, le Soudan et le Niger est l'un des plus pauvres au monde. Il accueille pourtant le plus grand nombre de réfugiés sur le continent africain. 440 000 personnes ont trouvé refuge sur son sol. 

Un pays au centre de plusieurs crises

Le Tchad est profondément affecté par les crises politico-sécuritaires qui frappent ses voisins centrafricain, nigérian et soudanais. 

Dans le sud du pays, plus de 120.000 Centrafricains ont fui les combats depuis 2013. Ils ont été répartis dans une trentaine de camps d'urgence à 100 kilomètres de la frontière. 

A l'est, 300.000 Soudanais vivent encore dans des villages d'accueil plus de dix ans après la crise du Darfour. 

Dans le bassin du lac Tchad, les opérations militaires conduites par la force multinationale contre le groupe armé, Boko Haram, ont entraîné le déplacement interne de 100.000 tchadiens et le déplacement de population venant du Nigeria, du Niger et du Cameroun. Selon une dizaine d'ONG, 11 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire

Outre une aide d'urgence, la Belgique prévoit également un soutien financier pour des projets de développement dans le bassin du lac. Une stratégie humanitaire qui est appliquée dans tout le pays. Elle a évolué avec le temps et la nature des conflits. 

Olivier Brouant dirige le Bureau humanitaire de la Commission européenne au Tchad : "L'approche est vraiment différente. Il y a quinze ans, on pensait accueillir des gens pour quelques mois. Ensuite, ils allaient rentrer dans leur pays. Maintenant, on se rend compte que ce n'est pas le cas parce que les pays dont ils viennent restent dans une instabilité chronique.

Lutte contre le terrorisme

L'intégration socio-économique des réfugiés au Tchad assurerait à long terme la stabilité du pays. 

Pour Alain Verhaagen, professeur à l'Université Libre de Bruxelles, spécialiste des relations Europe-Afrique, il s'agit d'un enjeu géopolitique de taille pour l'Union européenne : "Le Tchad a une position centrale. On a un intérêt à garder un îlot de stabilité dans cette région par rapport à nos craintes en terme de vague migratoire mais aussi, par rapport à la lutte contre le fondamentalisme islamique. Les forces armées tchadiennes sont une puissance militaire régionale importante."  

Toute l'actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d'information européenne.

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK