L'Union renforce son action contre la désinformation en vue des élections européennes

L'Union européenne renforce son action contre la désinformation
L'Union européenne renforce son action contre la désinformation - © ARIS OIKONOMOU - AFP

La Commission européenne a présenté ce mardi son plan d'action pour lutter contre la désinformation. Un ensemble de mesures prises en vue des élections européennes de mai prochain. Les Européens craignent des interférences dans le débat public notamment en provenance de Russie. 

Un système d'alerte rapide 

Ce plan d'action prévoit la mise en place d'un système d'alerte rapide dès mars 2019. Il permettra aux États membres de signaler des menaces de désinformation en temps réel. Ils pourront y partager des données sur des campagnes suspectes.

Ces informations seront ensuite compilées par la Commission européenne et publiées sous forme de rapports pour sensibiliser les citoyens européens.

Actions sur les plateformes en ligne 

Dans ce plan d'action, on retrouve également, les signataires du Code de bonnes pratiques. Il s'agit d'un texte proposé par l'Union européenne aux plateformes en ligne pour contrer la désinformation. Parmi ses membres, le réseau social Facebook ou encore le moteur de recherche Google.  

La Commission européenne leur demande de garantir la transparence de la publicité à caractère politique et d'intensifier les efforts pour fermer les faux comptes toujours actifs. Elles devront également signaler d'éventuelles interactions non humaines sur leurs plateformes, ces messages diffusés automatiquement par des robots (ou bots). 

Communication européenne 

Le Service européen pour l'action extérieure, le service diplomatique de l'Union, devrait voir lui son budget communication doublé. Il devrait passer à 5 millions d'euros, contre 1,9 million en 2018. 

La task force communication stratégique a pour mission de communiquer efficacement sur l'action de l'Union européenne dans son voisinage oriental. Elle vise à "améliorer la capacité de l'Union à prévoir les activités de désinformation pro-Kremlin et à y riposter", précise la Commission européenne. 

Ces mesures seront mises en place en coopération étroite avec les États membres et le Parlement européen. L'enjeu pour l'Union européenne est d'assurer "un débat ouvert, libre et équitable", expliquait ce mardi la Haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Fédérica Mogherini. "Il est de notre devoir de protéger cet espace d'expression et de ne permettre à personne de semer la désinformation, qui alimente la haine, la division et la défiance à l'égard de la démocratie.", a-t-elle conclu.

Toute l'actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d'information européenne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK