L'Union Européenne frappe l'Iran au portefeuille: embargo sur le pétrole

Un oiseau fait une pause dans le Détroit d'Ormuz
Un oiseau fait une pause dans le Détroit d'Ormuz - © ALI HAIDER (archives EPA)

Les 27 pays européens ont décidé d'imposer à l'Iran un embargo pétrolier sans précédent. L'Iran dénonce cet embargo, le qualifiant d'injuste et Téhéran affirme que cela ne détournera pas le pays de son programme nucléaire controversé.

L'Iran a qualifié cet embargo de "guerre psychologique". Pour les autorités iraniennes, ces mesures vont envenimer la crise autour de son programme nucléaire. Téhéran a renouvelé la menace d'une fermeture du détroit d'Ormuz. Plus d'un cinquième du brut mondial transite par ce détroit.

Les pays de l'Union européenne ont décidé, lundi, d'imposer un embargo pétrolier graduel sans précédent contre l'Iran. Ils vont aussi frapper la Banque centrale iranienne. L'objectif est d'assécher le financement du programme nucléaire controversé de l'Iran.

Dans la foulée, la France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne ont demandé à l'Iran de suspendre immédiatement son programme nucléaire militaire et de se conformer à ses obligations internationales.   

L'Union Européenne emboîte ainsi le pas aux Etats-Unis

Le président américain Barack Obama a applaudi ce nouveau train de sanctions. Saluées par Israël, les mesures de l'Union Européennes ont été critiquées par la Russie.

La décision européenne va affecter l'Iran. Cependant, l'essentiel des ventes du pétrole iranien est réalisé en Asie, notamment en Chine, au Japon ou en Inde. Du coup, les Occidentaux cherchent à étendre cet embargo. L'Inde et la Turquie rejettent l'idée d'un embargo unilatéral sur le brut iranien.

Les pays occidentaux soupçonnent Téhéran de dissimuler un programme militaire sous son programme nucléaire civil, ce que le régime iranien a toujours nié. Les pays européens et les Etats-Unis ont durci ainsi le ton dans l'espoir d'éviter une éventuelle opération militaire israélienne contre l'Iran.

Nicolas Willems

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK