L'Union européenne demande "des idées" à Johnson à 45 jours du Brexit

L'Union européenne demande "des idées" à Johnson à 45 jours du Brexit
L'Union européenne demande "des idées" à Johnson à 45 jours du Brexit - © CHRISTOPHER FURLONG - AFP

Six semaines avant le divorce, les dirigeants de l'Union européenne ont demandé "des idées" au Premier ministre britannique Boris Johnson s'il veut finaliser un accord au sommet européen des 17-18 octobre, se disant peu optimistes sur les chances d'une séparation concertée.

Le Premier ministre britannique rencontre lundi le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker pour un déjeuner de travail au Luxembourg, premier entretien entre les deux responsables depuis l'arrivée de Johnson au pouvoir. Le négociateur de l'UE sur le Brexit, le Français Michel Barnier, participera à la rencontre.

Boris Johnson verra ensuite le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel et les deux dirigeants tiendront une conférence de presse conjointe.

"Si nous pouvons faire suffisamment de progrès dans les prochains jours, j'ai l'intention de me rendre au sommet crucial du 17 octobre et de finaliser un accord qui protégera les intérêts des entreprises et des citoyens des deux côtés de la Manche, et des deux côtés de la frontière en Irlande", a annoncé Boris Johnson dans une tribune publiée par le Daily Telegraph.

Des propositions concrètes attendues

Les forfanteries de Boris Johnson laissent les Européens de marbre. Lorsqu'il annonce "d'énormes progrès" sur la manière de traiter le problème de la frontière nord-irlandaise et se compare à Hulk, un super-héros, pour libérer son pays des entraves européennes, les Européens répondent "attendre" des propositions concrètes et se disent "peu optimistes" sur les chances d'un divorce arrangé le 31 octobre.

"Nous espérons que Boris Johnson viendra au prochains sommet européen et peut être apportera-t-il quelques idées", a lâché lundi le chef de la diplomatie belge Didier Reynders à son arrivée pour une réunion à Bruxelles avec ses homologues, sans représentant du Royaume-Uni.

"Si Boris Johnson ne vient pas avec quelque chose de nouveau pour sa rencontre avec Juncker, alors, honnêtement, il n'y a plus besoin pour nous de discuter et il y aura un Brexit dur", a averti son homologue autrichien Alexander Schallenberg.

Or, il n'y a "rien de bien tangible jusqu'à présent", a confié à l'AFP un diplomate européen de haut rang, commentant les dernières réunions entre le conseiller de Boris Johnson, David Frost, et l'équipe de Michel Barnier à Bruxelles.

"Nous n'avons pas de raisons d'être optimistes" sur les chances de parvenir à un accord avant le sommet, a pour sa part averti Michel Barnier lors d'une réunion mercredi dernier avec les chefs des groupes politiques du Parlement européen.

La perspective d'un divorce sans accord est redoutée par les patrons européens. "Ce serait un désastre", a affirmé Markus J. Beyrer, directeur général de Business Europe.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK