L'Union européenne appelle à la libération immédiate de trois journalistes vietnamiens

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borell.
Le chef de la diplomatie européenne Josep Borell. - © KENZO TRIBOUILLARD - AFP

Trois journalistes vietnamiens ont été condamnés mardi à des peines de 11 à 15 ans de prison pour avoir critiqué le régime communiste, sur fond de répression croissante à l'approche du congrès du Parti communiste, prévu pour le 25 janvier. L'Union européenne, qui a récemment conclu des accords commerciaux avec le pays, a appelé à leur libération immédiate.

Dans les mois qui précèdent les congrès du Parti communiste, les autorités ont l'habitude d'intensifier leur répression afin de prévenir toute perturbation.

Pham Chi Dung, Nguyen Tuong Thuy et Le Huu Minh Tuan, membres de l'Association des journalistes indépendants du Vietnam et connus pour leurs plaidoyers en faveur de la démocratie, ont été reconnus coupables, lors d'un procès expéditif à Ho Chi Minh-Ville, d'avoir "fourni et diffusé des informations en ligne contre la République socialiste du Vietnam".

Ils ont aussi été condamnés pour avoir "régulièrement été en contact avec des opposants au régime" à l'intérieur et à l'extérieur du pays.

Les trois hommes ont reconnu avoir écrit des articles "pour soutenir la liberté d'expression et d'autres droits", mais ont démenti avoir diffusé des informations contre le régime communiste.

Mercredi matin, l'Union européenne a appelé à la libération immédiate des trois journalistes, ainsi que de leurs collègues, blogueurs et autres défenseurs des droits humains incarcérés pour avoir exprimé pacifiquement leurs opinions.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK