L'ULg reconnue par l'ESA pour son utilisation des signaux des satellites Galileo

L'ULg reconnue par l'ESA pour son utilisation des signaux des satellites Galileo
L'ULg reconnue par l'ESA pour son utilisation des signaux des satellites Galileo - © Belga

L'ULg et son service de géomatique viennent d'être reconnus par l'ESA comme l'une des cinquante premières organisations qui ont été capables d'utiliser les signaux de Galileo, le pendant européen du système GPS.

Le système de navigation européen Galileo, censé concurrencer le GPS américain, a récemment connu un revers. Le 23 août dernier, les deux nouveaux satellites envoyés dans l'espace n'ont pas atteint l'orbite prévue. Mais aux yeux de René Warnant, professeur au sein de l'unité de géomatique de l'Université de Liège, tout n'est pas perdu et cela ne doit pas remettre en cause la pertinence du système, qui est testé depuis un an et demi à l'ULg et qui permettrait de capter des signaux nettement plus précis. Le service de géomatique vient d'ailleurs d'obtenir une reconnaissance (symbolique) de la part de l'Agence spatiale européenne (ESA), a-t-il annoncé vendredi. Une reconnaissance octroyée aux cinquante premières organisations qui ont réussi à utiliser les signaux de Galileo pour calculer des positions.

L'ULg tente de mettre au point des techniques de positionnement plus précises que celles du GPS et espère, à l'avenir, pouvoir combiner Galileo, GPS et les autres systèmes de navigation pour obtenir un calcul de positions en temps réel très fiable. Plus précisément, l'université liégeoise s'est spécialisée dans l'étude et la correction des perturbations (éruption solaire, tempête géomagnétique, etc.) pouvant affecter les signaux et dégrader la fiabilité de Galileo. 

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK