L'UE n'entend pas se mêler du différend gazier russo-ukrainien

La Commission européenne a indiqué lundi ne pas vouloir s'impliquer dans la résolution du différend gazier entre la Russie et l'Ukraine, tout en appelant à une "solution définitive" afin de mettre un terme aux perturbations rencontrées dans la distribution dans l'Est de l'Europe.

"La Commission européenne n'a pas l'intention d'interférer dans un problème bilatéral", a indiqué lundi le porte-parole de l'exécutif européen pour les questions relatives à l'énergie, Ferran Tarradellas.

"Nous voulons toutefois mettre la pression sur la Russie et l'Ukraine pour régler définitivement ce problème et parvenir à une reprise immédiate des livraisons de gaz" vers l'Europe, a-t-il ajouté.

L'exécutif européen s'est toutefois employé lundi à dédramatiser la situation, indiquant n'avoir pour l'heure pas constaté de "perturbation substantielle", les stocks de gaz dans les Etats membres étant par ailleurs "assez élevés".

"Les consommateurs particuliers ne rencontrent aucune difficulté d'approvisionnement et aucun changement n'est prévu à court terme", a ainsi ajouté M. Tarradellas.

Si l'UE ne veut officiellement voir dans la crise qu'un "différend commercial", celle-ci s'est déjà hissée dans la sphère politique.

Une réunion extraordinaire des ambassadeurs de l'Union est ainsi prévue ce lundi après-midi à Bruxelles pour faire le point de la situation, et la question ne manquera pas d'être évoquée jeudi à Prague à l'occasion d'une rencontre des ministres européens des Affaires étrangères.

L'Union a par ailleurs décidé de dépêcher ce mardi à Kiev une mission composée de hauts représentants de la Commission et de la présidence tchèque de l'UE.

Celle-ci devrait également rencontrer des responsables de la compagnie russe Gazprom dans un lieu qui n'a pas encore été précisé.

L'Europe importe un quart de son gaz de Russie, et 80% de celui-ci passe par des gazoducs sur territoire ukrainien.

Une crise similaire intervenue au début de l'année 2006 avait déjà perturbé les approvisionnements dans un grand nombre de pays d'Europe orientale.

(Belga)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK